fbpx
7045c092 0246 44a2 8d3c 140d4c55c5cf
Lors de l'inauguration de Radio Begum, le 8 mars 2021 © DR

En Afghanistan, la radio de femmes Begum résiste à l'air du temps taliban

Née le 8 mars 2021, Radio Begum, conçue par et pour les femmes afghanes, conti­nue d'émettre sous le régime tali­ban, mal­gré la cen­sure. Une bulle de liber­té, entre repor­tages, pro­grammes psy­cho et cours pour les col­lé­giennes et lycéennes, d'autant plus indis­pen­sables aujourd'hui que les tali­bans ont fer­mé la porte des éta­blis­se­ments sco­laires aux adolescentes.

28614bdf e29a 4248 b798 c6ba24d6582f
Hamida Aman © DR

« Nous savons que le minis­tère de la culture et de l'information tali­ban nous écoute mais pour l'heure, ils nous laissent tran­quilles. » Hamida Aman, bien­tôt 50 ans, a fon­dé Radio Begum le 8 mars 2021 avec l'objectif de faire entendre la voix des femmes afghanes, qu'elles soient jour­na­listes, psy­cho­logues ou encore, pro­fes­sion­nelles de l'éducation. Exilée en Suisse avec sa famille à 8 ans en 1981 pour fuir les com­bats dus à l'intervention sovié­tique, Hamida Aman devien­dra jour­na­liste radio. Après le 11 sep­tembre 2001, elle se porte volon­taire pour retour­ner en Afghanistan et ain­si cou­vrir l'intervention de l'OTAN. « Ça a chan­gé ma vie », dit celle qui se recon­necte alors avec son pays d'origine et lance en 2004 depuis la France Awaz Communication, une boite de pro­duc­tion au ser­vice du déve­lop­pe­ment des ins­ti­tu­tions et des médias afghans. 

Radio Begum – titre hono­ri­fique fémi­nin signi­fiant « prin­cesse » ou « maî­tresse » dans cette région du monde – est lan­cée à Kaboul, où Hamida Aman se rend très régu­liè­re­ment, et émet dans huit pro­vinces. L'enjeu est dès le départ posé : Radio Begum se veut être un espace de liber­té entre femmes, connec­tant les jeunes jour­na­listes qui y offi­cient et les audi­trices qui se pas­sionnent pour des pro­grammes qui les concernent de près : des talks en antenne libre qui laissent place à l'humour, une émis­sion san­té ani­mée par une gyné­co, une émis­sion psy, une autre ani­mée par une doc­teure en théo­lo­gie, des pro­grammes de fic­tion et, sur­tout, des pro­grammes édu­ca­tifs pour les jeunes filles en col­lèges et lycées. Pas moins de six matières sont pro­po­sées durant School on the air, des ses­sions de cours d'une demi-​heure, dis­pen­sés le matin en dari et l'après-midi en pach­tu, les deux langues offi­cielles du pays. Pour vous rendre compte de ce que cela peut don­ner, voi­ci un cours d'anglais.

Des lycéennes tuées dans un atten­tat taliban

Deux mois après l'arrivée sur les ondes de Radio Begum, le 8 mai 2021, un atten­tat tali­ban fait au moins 85 morts dans une école à Kaboul. L'immense majo­ri­té sont des filles. Passé l'effroi, Hamida Aman et ses équipes com­prennent l'absolue néces­si­té de leur tra­vail. Dans le prisme tali­ban, le seul fait de recréer dans School on the air l'atmosphère d'une classe avec, à chaque fois, des jeunes invi­tées à suivre les leçons, devient un acte poli­tique subversif. 

Dans ce contexte, par pru­dence, la radio cesse d'émettre pen­dant un mois à la suite de la prise de Kaboul, le 15 août 2021. Certaines des membres de l'équipe – qui compte actuel­le­ment 12 repor­ters qui ont entre 20 et 30 ans et trois tech­ni­ciens – sont exfil­trées grâce aux contacts diplo­ma­tiques d'Hamida Aman. « Toutes rêve­raient de par­tir, mais la fenêtre d'ouverture s'est vite refer­mée », sou­ligne la fon­da­trice de la radio. Pour reprendre le tra­vail en sécu­ri­té avec celles qui res­tent, Hamida Aman prend rendez-​vous le 15 sep­tembre avec le res­pon­sable média des tali­bans et obtient son auto­ri­sa­tion d'émettre. « Ils nous ont encou­ra­gées à conti­nuer tant que nous res­pec­tons les prin­cipes de l'islam et l'interdiction de dif­fu­ser des "infor­ma­tions nui­sibles" au régime, ce qui sous-​entend que nous n'avons pas le droit de par­ler de la résis­tance », raconte-​t-​elle. Une contrainte qu'elle accepte bon gré mal gré, tant la mis­sion édu­ca­tive de Radio Begum est cru­ciale dans ce moment de ténèbres. 

« L'absence impo­sée de la musique, c'est ter­rible, car la musique est la colonne ver­té­brale d'une radio, elle per­met aus­si la res­pi­ra­tion entre les dif­fé­rents contenus »

Hamida Aman

Le plus dur désor­mais, c'est peut-​être de devoir se pas­ser de musique à l'antenne. « L'absence impo­sée de la musique, c'est ter­rible, car la musique est la colonne ver­té­brale d'une radio, elle per­met aus­si la res­pi­ra­tion entre les dif­fé­rents conte­nus », sou­pire celle qui doit main­te­nant se can­ton­ner aux musiques reli­gieuses et a mis en place des concours de poé­sie pour com­bler. Dans le pays, les jeunes écrivent de la poé­sie comme d'autres en France du rap. À la façon d'un ingé­nieux cadavre exquis, la pre­mière can­di­date déclame un poème, dont le der­nier vers doit être faire office d'accroche pour le poème de la sui­vante. C'est dire le bien que pro­cure l'écoute de Radio Begum à ses auditeur·rices. Car oui, il y a aus­si des hommes qui écoutent et inter­viennent, notam­ment durant l'émission psy­cho, qui prend des airs de « consul­ta­tion gra­tuite ». « Des hommes appellent pour inter­agir avec des femmes sur les sujets de san­té men­tale – qui ont pris une tour­nure encore plus cru­ciale main­te­nant que l'Afghanistan vit sous le joug des tali­bans – parce que la socié­té est désor­mais tel­le­ment ségré­guée que la radio devient un espace d'échanges entre les sexes », observe Hamida Aman.

Ruser sous la censure

Côté actua­li­tés, Radio Begum contourne avec ruse la cen­sure. Depuis un peu plus d'un mois, les jour­na­listes retournent sur le ter­rain, avec pour consigne d'aller par­tout où les femmes tra­vaillent encore : les ate­liers de confec­tion tex­tile, par exemple, deviennent des lieux de repor­tages pen­sés pour « redon­ner le moral et enle­ver la peur de sor­tir » aux femmes.

Lorsque, le 23 mars der­nier, les tali­bans ont débar­qué dans les classes des col­lé­giennes et des lycéennes pour les fer­mer le jour même de leur réou­ver­ture, les repor­ters de Radio Begum étaient là pour fil­mer « les larmes des ado­les­centes et la colère des parents », témoigne Hamida Aman – la radio dif­fuse de nom­breux repor­tages vidéo sur ses réseaux sociaux. Comme lorsque, en février, le média avait cou­vert l'irruption dans les vil­lages de tali­bans armés venus fouiller les mai­sons pour y débus­quer des poches de résis­tance, Radio Begum tend le micro pour dif­fu­ser l'information : « Nous ne sommes pas embê­tées par le régime parce que ce sont les gens qui racontent ce qui se passe, pas nous », explique Hamida Aman. 

Lire aus­si l Afghanistan : les col­lèges et lycées pour filles referment quelques heures seule­ment après leur réouverture

La jour­na­liste et entre­pre­neuse estime que ce qui pro­tège Radio Begum contrai­re­ment aux médias iso­lés en pro­vince à la mer­ci de petits chefs tali­bans, « c'est d'avoir pignon sur rue à Kaboul ». Reste que le modèle éco­no­mique du média, repo­sant naguère sur la publi­ci­té, est en péril. Avec l'effondrement de l'économie du pays et le départ des client·es, Radio Begum fait désor­mais appel à la soli­da­ri­té de chacun·e pour sur­vivre. Une cam­pagne est actuel­le­ment en cours sur le site Hello Asso, pour que les voix des femmes afghanes – comme celles qui ont mani­fes­té, avec un immense cou­rage leur rage et leur déses­poir après l'ouverture avor­tée des écoles – puissent conti­nuer de résonner.

Lire aus­si I Reportage en Afghanistan auprès des acti­vistes fémi­nistes qui osent défier les fondamentalistes

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
mg1117051

Un mois sous les bombes

Paris-Kiev, c’est deux mille kilomètres à vol d’oiseau. Mais les oiseaux, qui les voit ? Qui les entend en Ukraine ? Du ciel de Marioupol, cité portuaire sur la mer d’Azov, à l’Est, assiégée par l’armée russe, tombe une pluie d’obus, n’épargnant ni...