fbpx

Luisa Attali : « Accompagner l'IVG par la parole, c'est per­mettre à la patiente d'en faire quelque chose de positif »

Luisa Attali est psy­cho­logue cli­ni­cienne au pôle de gynécologie-​obstrétrique et séno­lo­gie des hôpi­taux uni­ver­si­taires de Strasbourg. Avec quatre autres psy­cho­logues, gyné­co­logues et sages-​femmes, elles signent un livre, Histoires d’IVG, his­toires de femmes. Elles démontrent l’importance de la parole et de l’écoute lors d’une Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et la prise de sens qui peut en décou­ler. Elles en pro­fitent éga­le­ment pour décons­truire un cer­tain nombre de pré­ju­gés dont l’avortement peine à se défaire.

image0

Causette : Ce livre est né d’un groupe de parole entre spé­cia­listes de l’IVG et d'orthogénie. Quel était son but ini­tial ?
Louisa Attali : Le but, c’était qu’on puisse tra­vailler ensemble et amé­lio­rer nos pra­tiques. Des ren­contres se fai­saient déjà dans le cadre de l’Observatoire de l’IVG à Strasbourg. J’avais envie de déve­lop­per les thé­ma­tiques liées à l’avortement et mettre en évi­dence qu’en fait, la demande d’IVG est du côté de la vie. Souvent les anti-​choix l’associent à la mort. Alors que non. Les femmes, les couples qui font une demande d’IVG apprennent pleins de choses sur la vie. Il y a une envie d’avancer. 

Justement, vous insis­tez dans votre ouvrage sur le fait que l'IVG n'est pas un acte de mort. Pourquoi est-​ce impor­tant à sou­li­gner ?
L.A. :
Cet évé­ne­ment, bien qu’il soit conno­té néga­ti­ve­ment, peut ne pas l’être. C’est sou­vent une souf­france, sou­vent du côté de la dou­leur, mais cela peut être construc­tif. Comme me l’a dit une de mes patientes : « J’ai remis à jour mon disque dur. » Et c’est tel­le­ment logique, quand on y pense. L’IVG est un droit et un droit c’est posi­tif. Il y a une notion de rési­lience. Il faut que celles pour qui cela a été dif­fi­cile apprennent à rebondir.

Vous sou­li­gnez l'importance du dia­logue entre la patiente et le ou[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Causette CMJN v2 A

Cancer du sein triple néga­tif : paye ton traitement

Mise à jour – 2 novembre 2021 /​/​/​Depuis lun­di 1er novembre, le Trodelvy (voir enca­dré à la fin de cet article) est dis­po­nible pour l'ensemble des patientes concer­nées en France, au nombre de 600 selon l'association #MobilisationTriplettes...

Capture d’écran 2021 11 29 à 11.29.09

Body posi­tive : les marques attaquent

Les marques de vêtements et de cosmétiques multiplient les pubs estampillées body positive. Tantôt sincères, tantôt opportunistes, elles embrassent des codes inclusifs pour tenter de séduire les consommatrices.