fbpx
pauline bisou agathe senechal 02
La chanteuse Pauline Bisou (Agathe Sénéchal)

Relations toxiques : « Soleil noir », le pre­mier titre cathar­tique de Pauline Bisou

Pauline Bisou sort ce mardi le clip de sa chanson Soleil noir, qui aborde les mécanismes d'une relation toxique que la chanteuse française a vécue.

Un homme et une femme sont assis·es dans une voiture, légèrement enfumée. Alors que les premières notes d'une chanson se font entendre, les deux se lèvent et retracent, à travers des mouvements de danse puissants, toutes les étapes d'une relation amoureuse toxique. Des gestes d'une apparente tendresse, à ceux plus violents d'une lutte et d'une tentative d'étranglement. Avec ce clip, sorti ce mardi 18 janvier, la jeune chanteuse française Pauline Bisou a souhaité mettre en images, en collaboration avec le réalisateur Édouard Granero, son morceau électro-pop Soleil noir, qui parle des violences qu'elles a connues dans « une histoire d'amour destructrice ».

insta offre etudiante

« J'avais à cœur que ce clip soit juste, qu'il ne soit ni trop frontal, ni trop édulcoré. Je voulais montrer que c'est par des petites choses, dispersées et qui s'intensifient avec le temps, qu'on arrive à la violence. Je souhaitais filmer ce processus. Parce que je n'avais pas, à l'époque, il y a cinq-six ans, les outils pour anticiper les signes et les comprendre. La violence est banalisée dans le couple et peut entraîner une escalade, résultant en des choses dramatiques. Ça peut arriver à n'importe qui », a expliqué à Causette l'artiste de 35 ans.

Le clip, véritable court-métrage, répond parfaitement à Soleil noir, texte joliment écrit et poétique, tout en images et figures de style, abordant parfois frontalement, parfois entre les lignes, les conséquences sur l'interprète de cette relation toxique.

Un livre autobiographique

Pauline Bisou, de son vrai nom Pauline Bertin, sort ce même jour, en digital, un livre autobiographique, retraçant l'avant, le pendant et l'après de cette histoire, composé de petits textes, de dessins, de photographies et d'extraits de chansons. « Je l'ai d'abord écrit sur mon téléphone, la nuit, comme un exutoire, nous explique-t-elle. Au départ, il s'agissait un peu d'un puzzle de différents moments que j'ai vécus. Je n'ai pas raconté en détail les moments difficiles, car je voulais surtout me concentrer sur l'après. »

Lire aussi I Clara Luciani, Angèle, Camille Lellouche… Les violences conjugales, un sujet de plus en plus abordé dans la musique

Cet après, c'est aussi ce dont parle la chanson Bisou, qui donne son nom de scène à la chanteuse et au livre numérique. Le titre et son clip, elles les a imaginés comme une réponse à Soleil noir, afin d'aborder « la reconstruction et la partie lumière qui s'en dégage ». Ils doivent tous les deux sortir en mars prochain, avant la publication d'un EP, en avril, comprenant plusieurs autres morceaux, sur lesquels la trentenaire est en train de travailler.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
Resized IMG 08691

Melissmell, chan­son innervée

La chanteuse à la voix rauque et au verbe haut revient le 22 avril avec un quatrième album, Les Enfants de Maldonne. Colérique, contestaire et vivifiant, comme une pulsation électrique dans les veines.