Pauline Chagne, la harpe et le disco

À la fois chanteuse, comédienne et musicienne, Pauline Chagne, 27 ans, vient d'être sélectionnée pour concourir à l'émission Eurovision France, c'est vous qui décidez, le 5 mars prochain.

Pauline Chagne et sa harpe
Pauline Chagne et "Mademoiselle",
sa harpe électrique ©Rise Up

Pauline Chagne est du genre déterminée, de celles capables de rester assise sur un siège de la ligne 1 du métro parisien aller-retour pour écrire un texte. C'est peut-être à cette détermination sans faille qu'elle doit sa sélection, ce 17 février, à l'émission Eurovision France, c'est vous qui décidez. Le 5 mars prochain, sur France 2, Pauline Chagne et son titre Nuit Pauline devront faire la différence face à douze candidat·es pour espérer pouvoir représenter la France au concours de l'Eurovision à Turin dans quelques semaines.

À première vue, avec sa longue frange brune, ses yeux de biche dessinés à l’eye-liner et sa combinaison en denim, Pauline Chagne semble avoir été jeune dans les années 80. À la première écoute également. Orange sanguine, le premier titre de la chanteuse sorti en juillet 2020, est un bonbon acidulé digne des meilleurs tubes discos. Mais si la mélodie a des airs de eighties, la comparaison s’arrête ici car Pauline Chagne, 27 ans, est bien ancrée dans son époque. En témoigne ce premier titre avec lequel l'artiste ose se lancer dans la musique : un hymne au sang qui coule chaque mois. Engagée contre la précarité menstruelle, elle choisit d'ailleurs en décembre dernier d'organiser un concert au bénéfice de l'association Règles élémentaires qui distribue des protections périodiques aux plus démunies.

Lire aussi I

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
france gall en 1966

Musique : rideau sur les lolitas

De France Gall à Alizée, les « fausses ingénues », bien souvent créées de toutes pièces par les maisons de disque, ont longtemps rempli les caisses de l’industrie musicale. Retour sur un genre qui, ces dernières années, grâce au streaming, à #MeToo...