Vahina Giocante C Catherine Delahaye
© Catherine Delahaye

Vahina Giocante : “Ce que je raconte, c’est le sys­tème insi­dieux de l’inceste”

Dans son pre­mier livre poi­gnant, À corps ouvert, l’actrice Vahina Giocante revient sur l’inceste com­mis sur elle par son père de ses 5 à 10 ans, avant qu’il ne soit condam­né à de la pri­son. Causette a ren­con­tré cette sur­vi­vante pour par­ler des étapes de sa reconstruction.

Causette : Pourquoi est-​ce que vous avez eu envie d’écrire ce livre ?
Vahina Giocante : Le déclic a eu lieu après le départ d’Adèle Haenel des César. J’ai eu envie de prendre la parole et de la sou­te­nir. Après, je crois que je me suis ren­du compte aus­si de la néces­si­té de faire tom­ber le tabou. Je n’ai pas vrai­ment écrit ce livre pour moi. Parce que je suis à un moment de ma vie où ça va plu­tôt bien. Mais j’ai eu besoin de racon­ter la tra­jec­toire de gué­ri­son. Ce n’est pas tel­le­ment un sujet qui est abor­dé sous cet angle-​là. J’avais envie de l’aborder sous un angle plu­tôt lumineux.

Dans ce livre, pour nom­mer les choses, vous par­lez de l’inceste que vous avez subi. Une enfance mar­quée par la honte…
V.G : L’enfance en elle-​même, je la raconte dans le livre. Dans le sens où l’épisode de l’inceste arrive assez tôt. Il arrive à la ving­tième page et j’en parle de manière assez détaillée. Mais ce que je raconte, c’est plu­tôt le sys­tème insi­dieux de l’inceste. C’est-à-dire com­ment l’inceste se met en place. On a du mal à poser des mots des­sus quand on le vit. Ce n’est que bien plus tard qu’on arrive à com­prendre l’étendue de l’impact et de la défla­gra­tion qu’on vit. La honte fait par­tie de l’inceste. C’est une charge que l’on porte. On sent bien qu’on vit quelque chose d’anormal, sans vrai­ment com­prendre jusqu’à quel point c’est anor­mal. Il y a aus­si toute la culpa­bi­li­té de détruire une famille, de détruire les gens qu’on aime.

Et jus­te­ment, vous venez de le dire, vous êtes très jeune quand ça vous arrive. À quel moment vous com­pre­nez que, je vous cite, “les câlins qui dérapent” de votre père, ce n’est pas[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.