fbpx

"Sa façon d'être à moi" : quand la ministre délé­guée à la citoyen­ne­té, Marlène Schiappa, se met à la chi­ck­lit'

Bien sûr, il faut savoir ses rêves écou­ter, et si écrire de la lit­té­ra­ture en fait par­tie, ne pas hési­ter à trem­per la plume dans l'inspiration lorsqu'elle sur­git. Mais en publiant, ce 6 octobre, son deuxième roman Sa façon d'être à moi (et pre­mier depuis qu'elle est ministre), Marlène Schiappa a pris le risque de trop en dire. A‑t-​on vrai­ment envie de conclure un pacte de lec­ture avec la ministre délé­guée à la citoyen­ne­té au sujet d'une bluette sen­ti­men­tale entre une mère « céli­bat­tante » et un mec de droite (mais doué de sen­ti­ments) ?

9782234092495 475x500 1

Posons-​le en pré­am­bule : nous ne croyons pas que la lit­té­ra­ture devrait s’obliger à être un outil du poli­tique, du fémi­nisme ou encore moins de la morale. Nous pen­sons par contre que chaque ouvrage, tout roman qu’il soit, situe l’écrivain·e qui le signe. Et Sa façon d’être à moi, que fait paraître ce mer­cre­di Marlène Schiappa, actuelle ministre délé­guée à la citoyen­ne­té et ancienne secré­taire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, nous a lais­sées per­plexes, tant il dégage de désin­vol­ture.

Le pitch, d’abord. Elsa, l'héroïne de Sa façon d'être à moi a gran­di dans une cité d'Aubervilliers mais arbore fiè­re­ment ses ori­gines corses (Marlène Schiappa prend ici le risque de lais­ser pen­ser que cette Elsa lui res­semble beau­coup). Égérie des mères « céli­bat­tantes », Elsa jongle avec son poste à la com­mu­ni­ca­tion d'une marque de pro­duits de beau­té pré­ten­du­ment bio et le cha­hut de son foyer, où elle prend soin d'une mère qui perd la tête et d'une fille ado­les­cente. Le géni­teur de cette der­nière, mari et père défaillant, s’est ins­tal­lé un an aupa­ra­vant en Australie (!), afin de soi­gner sa crise de la qua­ran­taine et sur­fer. Dans le tableau, il y a aus­si Marvin Martin1 le meilleur ami d’enfance d’Elsa, qui a grim­pé l’échelle sociale pour deve­nir dépu­té de la majo­ri­té. Ayant per­cé en tant que YouTubeur ban­lieu­sard éco­lo et étant à la fois noir ET gay, il incarne une sorte de mas­cotte de la méri­to­cra­tie façon start-​up Nation macro­nienne, parce que c’est NOTRE pro­jet, cou­cou Mounir Mahjoubi. Étrangement, le nom de son par­ti poli­tique, Ordre et pro­grès, sonne comme une pro­messe élec­to­rale dou­teuse des années 30 (c'est aus­si la devise du Brésil), mais pour le reste, la ligne est floue, coin­cée entre une extrême gauche nom­mée « REV » (pour Rouges et Verts) et une extrême droite ras­sem­blée dans un « Parti gau­lois ». Bref, c’est au cœur de cette uchro­nie que sur­vient l’événement : lorsque le lob­byiste de la boîte de cos­mé­tiques – faus­se­ment bio et véri­ta­ble­ment toxiques – est viré pour cause de har­cè­le­ment sexuel, l’intrépide corse va se retrou­ver pro­pul­sée à son poste, en rai­son de son ami­tié avec le dépu­té Marvin Martin, qui pré­pare une loi sur la trans­pa­rence dans la com­po­si­tion des cos­mé­tiques. Elsa va-​t-​elle user de cette ami­tié pour faire adop­ter un amen­de­ment adou­cis­sant les vel­léi­tés de trans­pa­rence du dépu­té et conser­ver ain­si ce nou­veau poste et le salaire qui l’accompagne ? Tanana, sus­pense.

Eau de rose et cris­pa­tions

On le voit, ce deuxième roman de l’autrice et pre­mier écrit en tant que ministre brosse les thèmes qui lui sont chers : la conjonc­tion vie per­son­nelle – vie pro­fes­sion­nelle des mères (lorsqu’elle est arri­vée à En Marche !, Schiappa était à la tête d’un réseau d’entraide sur le sujet, Maman tra­vaille), ici de sur­croît céli­ba­taire ; les rouages de la vie poli­tique (le roman trans­pire de sa pas­sion pour le métier de politicien·ne et la chose publique) ; l’écologie ; la beau­té (par­don, c’est méchant, mais on ne se remet pas du lissage-​gate.) et une cer­taine idée du fémi­nisme (nous y revien­drons). Mais tout ceci n’est fina­le­ment qu’un décor pour le véri­table objet de ce roman : une his­toire d’amour. Et c’est là que l’entreprise lit­té­raire de la ministre déraille.

Quoi de gênant, nous diriez-​vous, à ce que Marlène Schiappa ait « volé des heures à la nuit », selon la légende (d’un post Instagram annon­çant la publi­ca­tion) pour rédi­ger une bluette sen­ti­men­tale dans un style romans de gare ? Absolument rien. Gérald Darmanin aurait le droit de s'exercer au tri­cot durant son temps libre s’il le sou­hai­tait. Non, ce qui est cha­grin, c’est de vou­loir être publiée durant son exer­cice du pou­voir, et même pas sous un pseu­do. Pourquoi vou­loir impo­ser aux pauvres citoyen·nes que nous sommes la vision ten­dax de ses fan­tasmes à l’eau de rose ? Car l’amour selon Marlène Schiappa autrice est à la fois gnan­gnan et légè­re­ment cris­pant. Quand elle ren­contre Arthur de Lavallière, jour­na­liste au Figaro de son état, Elsa nous la joue Ariane dans Belle du Seigneur ou prin­cesse Jasmine dans Aladin : l’intriguant repor­ter « de droite » l’insupporte (appa­rem­ment, Elsa se per­çoit comme plu­tôt à gauche, encore un point com­mun avec sa créa­trice !) mais sans pou­voir l’empêcher, la flamme est née (il faut dire qu’il lui récite du Aragon pour l’emballer, on dira ce qu’on vou­dra, mais les mecs de droite, c’est culti­vé).

Un deuxième père défaillant

Telle Arletty décla­mant que son cul est inter­na­tio­nal, Elsa déci­de­ra de faire fi des bis­billes poli­tiques avec le repor­ter à par­ti­cule. Oubliés, sou­dai­ne­ment, les opi­nions d’Arthur, qui rédige pour­tant « des papiers anti-​mariage pour tous, anti-​allongement de l’IVG, […], anti-​réfugiés ». Les bai­sers lan­gou­reux (« D’abord dans le cou, puis sur les joues, aux com­mis­sures des lèvres, et enfin sur la bouche, tan­dis que, conquise, je me laisse empor­ter par des émo­tions nou­velles. ») ont vain­cu par K.O. l’idée qu’Arthur était un salaud. Lorsqu’Elsa appren­dra que ce gratte-​papier aris­to a trans­for­mé le châ­teau fami­lial en orphe­li­nat (niveau de cré­di­bi­li­té : ‑15 /​10), elle s’attendrira défi­ni­ti­ve­ment. Sans se rendre compte (ni l’autrice appa­rem­ment) que c’est sacré­ment auda­cieux de la part de cet Arthur que d’y avoir pla­cé… Son propre fils (!!!) sous pré­texte que le gosse a per­du sa mère. Que les cœurs sen­sibles se consolent : « Le petit Jules se rue sur Arthur en criant : "Papa ! T’es là, super ! – Oui, comme tous les week-​ends, cham­pion." »

Avant la nais­sance de cette idylle, Elsa s’offre une aven­ture avec son assis­tant, résu­mée en ces termes : « J’attrape le bout de sa cra­vate frois­sée, l’attire vers moi en la tirant, l’assieds sur la chaise du bureau et m’installe à cali­four­chon sur lui, mes doigts dans ses che­veux, ma langue dans son oreille, ma main sur la boucle de sa cein­ture, et vous avez com­pris la suite, je ne vais pas non plus vous envoyer une copie de la sex­tape. » Puis, ne sou­hai­tant pas remettre le cou­vert, l’héroïne n’aura de cesse de mettre à l’amende le très jeune homme tran­si d’amour, jusqu’à envi­sa­ger de le licen­cier pour s’en débar­ras­ser. Le mes­sage est clair : le fémi­nisme de l’autrice, c’est celui dans lequel il n’est pas grave qu’une femme en posi­tion de pou­voir couche avec son assis­tant puis le jette comme un vul­gaire mou­choir en papier. Celui où une femme en posi­tion de force réitère donc des méca­nismes de domi­na­tion contre plus faible que soi. A‑t-​on vrai­ment envie de lire cela dans une œuvre signée par une ministre en exer­cice ?

Mais quel est le mes­sage ?

Bien d’autres pas­sages de Sa façon d’être à moi nous aurons sur­prises ou gênées lors de cette lec­ture, mais cet article est déjà assez long comme cela. Reste que celle qui désor­mais s’affiche sur Instagram pre­miè­re­ment comme « roman­cière » et ensuite comme « ministre délé­guée » s’est mise dans une posi­tion inte­nable. Comment être prise au sérieux poli­ti­que­ment sur, par exemple, le har­cè­le­ment sexuel, après avoir écrit : « Mais le lun­di matin venu, impos­sible de repous­ser davan­tage le moment de croi­ser Léo. J’ai enfi­lé une robe grise droite et une veste à car­reaux beige dont le mes­sage lim­pide signi­fie : "Je suis une per­sonne sérieuse, je suis là pour tra­vailler, pas pour me faire lécher la frian­dise par mon assis­tant, même s’il est plu­tôt doué pour un jeune sans expé­rience, mais ce n’est pas le sujet." » Alors comme ça, Marlène Schiappa, il y a des tenues qui envoient des mes­sages sexuels et d’autres pas ? Intenable, on vous dit.

Sa façon d'être à moi, de Marlène Schiappa, éd. Stock, sor­tie le 6 octobre

  1. Homonyme d'un joueur pro­fes­sion­nel de foot de la vraie vie, ce qui a fait rigo­ler Twitter[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés