Rentrée lit­té­raire : "Difficult women", le recueil de nou­velles pépites de Roxane Gay

Dans ce recueil publié aux édi­tions Mémoire d'encrier, Gay varie les formes, pas­sant de l’histoire réa­liste au conte fan­tas­tique, pour nous mar­quer durablement.

Photo Roxane Gay © Jay Grabiec
Roxane Gay © Jay Grabiec

On lui doit deux des essais les plus mar­quants de la pen­sée fémi­niste et inter­sec­tion­nelle actuelle : Bad Feminist et Hunger. Une his­toire de mon corps. Roxane Gay n’en demeure pas moins une écri­vaine à part entière, dont la verve poli­tique est por­tée par un souffle émi­nem­ment lit­té­raire. Pour preuve : son roman (Treize Jours) et son pre­mier recueil de nou­velles (Ayiti), tra­duit en 2020 en France. 

Difficult Women est son deuxième recueil, qui ras­semble vingt et une his­toires courtes, voire très courtes : entre dix et trente pages cha­cune. Sur le fond, ce sont autant de vies fémi­nines bri­sées, pour des rai­sons diverses : ces deux sœurs vio­lées dans leur enfance et qui sont res­tées insé­pa­rables, cette femme mariée à un homme qui s’amuse à échan­ger sa place dans le lit avec son frère jumeau, cette mère ayant per­du son enfant et qui noie sa peine dans une rela­tion toxique avec un homme violent (« J’utilisais une dou­leur pour en cou­vrir une autre… »). Certaines subissent cette cruau­té, d’autres la combattent. 

Gay varie les formes, pas­sant de l’histoire réa­liste au conte fan­tas­tique (la femme de verre mariée au lan­ceur de pierre). On reste long­temps habi­té par la por­tée huma­niste et lit­té­raire de ce recueil ins­pi­rant, poli­tique, excen­trique, essentiel.

C1 DifficultWomen VF

Difficult Women, de Roxane Gay, tra­duit de l’anglais par Olivia Tapiero. Mémoire d’encrier, 352 pages, 23 euros.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.