110 les mignonnes bien ou bien production
© Bien ou Bien production

Cinéma : Un an sur le tour­nage du film “Mignonnes”, de Maïmouna Doucouré

Prix de la meilleure réa­li­sa­tion au Festival du film de Sundance, men­tion spé­ciale du jury à la Berlinale, Mignonnes, le pre­mier long-​métrage de Maïmouna Doucouré, réa­li­sa­trice déjà mul­ti­pri­mée avec son court-​métrage Maman(s), sor­ti­ra sur les écrans le 19 août. Son sujet ? L’hypersexualisation des petites filles. Causette vous raconte les cou­lisses du tour­nage que nous avons sui­vi pen­dant plus d’un an. 

Mars 2018, les audi­tions

Maïmouna a accou­ché il y a trois semaines et la voi­là déjà sur le pont ! Aujourd’hui, elle audi­tionne trois jeunes filles sélec­tion­nées par Tania, sa direc­trice de cas­ting. Entre les repé­rages dans les centres de danse, les cas­tings sau­vages à la sor­tie des écoles et les petites annonces sur les réseaux sociaux, Tania et son équipe ont fait pas­ser plus de sept cents audi­tions à des jeunes filles âgées de 10 à 13 ans. Entre deux impros, Maïmouna donne le sein. « Je cherche cinq jeunes filles. Le per­son­nage prin­ci­pal, c’est Amy, elle a 11 ans, elle est d’origine séné­ga­laise. Elle vit un bou­le­ver­se­ment fami­lial, car, hors champ, on apprend que son père a épou­sé une seconde femme au Sénégal et que sa mère le vit très mal. C’est un clin d’œil à mon court-​métrage Maman(s), qui trai­tait déjà de ce thème et qui est en par­tie auto­bio­gra­phique, car j’ai gran­di dans une famille poly­game. Pour échap­per à cette réa­li­té, Amy va cher­cher à exis­ter à tra­vers un groupe de jeunes filles, Les Mignonnes, qui sont des dan­seuses hyper sexua­li­sées et fans de twerk. » 

110 Les Mignonnes 3 © Bien ou Bien Production.
© Bien ou Bien pro­duc­tion

Parmi les jeunes filles audi­tion­nées ce jour-​là, il y a Ilanah, petite blonde de 12 ans. Guidée avec bien­veillance par Maïmouna, elle va devoir jouer plu­sieurs situa­tions : se mettre en colère parce qu’on l’accuse d’avoir volé de l’argent, être triste, car ses parents ne s’occupent pas d’elle, impro­vi­ser une cho­ré­gra­phie de hip-​hop et de modern jazz. Le tout devant une petite camé­ra. Maïmouna et Tania semblent convain­cues… Ilanah sera fina­le­ment choi­sie pour incar­ner Jessica, l’une des filles de la bande. Maïmouna les informe, avec pudeur et fran­chise, du sujet un peu déli­cat qu’elle va trai­ter : l’hypersexualisation des jeunes filles. C’est lors[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
113 cinema voir le jour pyramide distribution

En salles : « Voir le jour », la belle équipe

À l’heure où les soi­gnants sont de nou­veau dans la rue et que, mal­gré la crise du Covid-​19, les hôpi­taux res­tent le parent pauvre de notre pays, cette plon­gée dans le ser­vice de néo­na­to­lo­gie d’une mater­ni­té aux abois vaut le détour...