fbpx
cityscapes during nighttime
© Takashi Watanabe

La facture écologique des smart cities est trop salée

En frappant d’abord les grandes métropoles, la pandémie a révélé la nécessité de transformer nos villes en espaces urbains plus accueillants, et plus fonctionnels. Des préoccupations qui ne sont pas sans rappeler celles des smart cities, ou villes intelligentes. Un concept né dans les années 2000, qui entend faire de l’innovation technologique le principal moyen d’améliorer la qualité de vie des habitants.

Dans un récent article du Monde racontant comment Anne Hidalgo se chauffe pour candidater à l’élection présidentielle de 2022, le scientifique spécialiste des « villes intelligentes » Carlos Moreno figure en bonne place de celles et ceux qui soufflent à l’oreille de la maire de Paris des idées nouvelles pour préparer sa campagne. Il faut dire que depuis 2018, Paris se targue du titre de « ville intelligente et durable », étiquette qui implique d’après le document stratégique ad hoc d’être « ouverte » (incitant la participation démocratique de ses habitant·es), « connectée » (en favorisant l’accès de tous au numérique) et « ingénieuse » (en innovant quant à l’aménagement urbain et à la végétalisation).

Comme elle, Barcelone, Copenhague, ou encore Montréal, de nombreuses villes à travers le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
jeanne barret madlla bare

Jeanne Barret, botaniste et embarquée clandestine

Cette botaniste est la première femme à avoir fait le tour du monde. Nous sommes au XVIIIe siècle, époque des grandes expéditions scientifiques sur les océans. Des aventures normalement réservées aux hommes. C’est pourquoi Jeanne Barret se déguisa...