À Hossegor, l’asso Skate’Her met les femmes sur les planches

La pra­tique du ska­te­board est encore très mas­cu­line et l'association Skate'Her entend bien contri­buer à la fémi­ni­ser. Reportage à Hossegor (Landes), à l'occasion de l'événement Make Some Waves #GIRLSFORCHANGE.

dGZBIWFUDlZqsxxvCEAS49cdi4k4dftzVrGnnRqTGFi hY6W0F7 qHNYSTI y9IzInvzXQbMCkEeRUtOD5r9ie7D4CK95YwWwUdbu7mpPdLnC7LTmVCNhci
Lucie Curutchet en pleine ini­tia­tion au JO&JOE 
© Bastien Labelle

C'est l'été indien à Hossegor ce matin-​là. Un vent doux souffle dans les pins et le soleil perce, enfin. Gäetan Ducellier, Lucie Curutchet, son amie Lee-​Ann Curren et leur chien Bowie arrivent à l'auberge de jeu­nesse JO&JOE pour ins­tal­ler les modules (élé­ments uti­li­sés pour créer des aires adap­tées à la pra­tique du ska­te­board, ndlr) qui les aide­ront à accom­plir une mis­sion bien pré­cise : rendre la pra­tique du ska­te­board acces­sible aux femmes en France et au-​delà. Car si cette dis­ci­pline est ouverte à tous·tes en théo­rie – du moins, en France -, encore trop peu de filles pra­tiquent aujourd'hui. C'est pour cette rai­son que Gäetan et Lucie ont déci­dé d'allier leurs forces en jan­vier 2021. Le pro­fes­seur de skate Gaëtan raconte : « Au départ, l'idée de déve­lop­per le skate fémi­nin vient d'une demande de mon ancien bou­lot. Le truc, c'est que mes inter­lo­cu­teurs avaient pas mal d'a prio­ri, comme le fait de vou­loir faire ska­ter les filles sur des long­boards [le long­board est une planche d'une lon­gueur supé­rieure à celle d'un ska­te­board clas­sique, per­met­tant une meilleure sta­bi­li­té, ndlr], pour que ce soit "plus simple pour elles". J'ai laissé[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
ANAIS QUEMENER

Anaïs Quemener : cou­rir, c’est être en vie

Anaïs Quemener, presque 33 ans, est mul­tiple cham­pionne de France de mara­thon et aide-​soignante la nuit. À 24 ans, elle a appris qu’elle était atteinte d’un can­cer du sein. Elle par­tage aujourd’hui sa résur­rec­tion par le sport dans...