fbpx
IMG 2808
Place Dauphine à Paris, le 29 juin 2022. © A.T.

Procès du 13 novembre : l’humanité retrouvée

ÉDITO. Pour la plu­part des Français·es, c’était une soi­rée comme une autre. Une de ces fins de jour­nées enso­leillées que l’on prend plai­sir à voir se ter­mi­ner. Pour les cen­taines de par­ties civiles ras­sem­blées place Dauphine, ce mer­cre­di 29 juin était le dénoue­ment d’un cou­loir judi­ciaire que l’on pen­sait inter­mi­nable. Cette place pari­sienne acco­lée au Palais de Justice, d’ordinaire si calme, vibre depuis dix mois au rythme d’un pro­cès reten­tis­sant qui a fait le tour des quatre sai­sons. Celui du 13 novembre 2015. 

Des super­la­tifs pour le décrire, il y en a eu beau­coup en cent quarante-​neuf jours. Aujourd’hui résonnent plus que jamais dans nos mémoires les pre­miers mots pro­non­cés par Jean-​Louis Périès, pré­sident de la Cour d’assises spé­ciale, au pre­mier jour du pro­cès, le 8 sep­tembre 2021 : « Nous com­men­çons ce jour un pro­cès his­to­rique, un pro­cès hors norme, au vu du nombre d’intervenants, du nombre de vic­times, de par­ties civiles et de leurs conseils, d’experts appe­lés à la barre. Mais ce qui importe, c’est aus­si jus­te­ment le res­pect de la norme, le res­pect des droits de cha­cun, à com­men­cer par les droits de la défense. »

À la sor­tie de l’ultime audience mer­cre­di soir, les larmes ont rou­lé avec plus de force sur les joues, les étreintes se sont faites un peu plus fortes que d’habitude, mais per­sonne ne s’est lan­cé le tra­di­tion­nel « À demain ». Le ver­dict a été ren­du, les peines ont été pro­non­cées et le pro­cès s’est ache­vé sur les marches du Palais. 

Condamné à la per­pé­tui­té incom­pres­sible (c'est-à-dire à la per­pé­tui­té « réelle », sans amé­na­ge­ment de peine pos­sible), Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des com­man­dos des atten­tats ter­ro­ristes, pour­rait donc finir sa vie der­rière les bar­reaux. Une peine jugée appro­priée pour cer­taines des par­ties civiles. « Nous avons tou­jours dit que nous avions confiance en la déci­sion de la cour. Ce sont donc les justes peines pro­non­cées ce soir, même si elles n’ont pas voca­tion à répa­rer le pré­ju­dice des vic­times », a ain­si décla­ré Philippe Duperron, pré­sident de l’association 13Onze15 dont le fils, Thomas, est décé­dé au Bataclan. 

Humanité

Si le pro­cès tant atten­du, tant espé­ré, est désor­mais der­rière nous, l’humanité, elle, demeure tou­jours. Au tro­quet d’en face, où tous·toutes avaient rapi­de­ment pris l'habitude de finir les jour­nées d'audience, l’humanité n’avait d’ailleurs jamais autant brillé que ce soir-​là. Parties civiles, avocat·es, jour­na­listes, et même cer­tains accu­sés res­sor­tis libres, s'y sont retrouvé·es pour par­ta­ger, si ce n’est pas le verre de l’amitié, celui d’une fra­ter­ni­té retrouvée. 

Bien sûr, la dou­leur sub­siste, car les atten­tats du 13 novembre 2015 n’ont pas duré le temps d’une seule nuit d’automne. Ils sont tou­jours là, pré­sents, tapis. Ils n’ont d'ailleurs jamais ces­sé de se pro­pa­ger dans les vies des survivant·es, dans celles des proches des vic­times. Ils conti­nue­ront cer­tai­ne­ment de vivre, long­temps, dans la mémoire de celles et ceux qui ont mon­té les marches du Palais presque chaque jour pen­dant dix mois. « Les rêves ont dépeu­plé mes nuits », confiait Maya, 27 ans, à la barre en novembre. Grièvement bles­sée aux jambes au Carillon, elle y a per­du son com­pa­gnon et deux amies. 

Espérons seule­ment qu’avec cette huma­ni­té retrou­vée, aujourd’hui, six mois après ce témoi­gnage, sept ans après le 13 novembre, Maya et ses compagnon·agnes de cha­grin, tout comme leurs proches, puissent enfin trou­ver le sommeil. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
IMG 3140 “pastel struggle”

Marcel et les madeleines

Après un été passé à chercher Tonton Marcel qui n’en finit pas de se perdre, décision est prise : Tonton va faire sa rentrée… à la maison de retraite