brown concrete road during daytime
© Johannes Plenio

Lettre d'une ado à celle qu'elle sera plus grande : « Souviens-​toi des conseils de ton père, pour être sûre de ne jamais les suivre »

Causette est par­te­naire de Lettres d’une géné­ra­tion, un site sur lequel les adolescent·es et jeunes adultes fran­co­phones sont invité·es à écrire une lettre à un des­ti­na­taire qui ne peut pas répondre. Toutes les deux semaines, Causette publie l’une de ces mis­sives.
Dans ce dixième épi­sode, Tara, 17 ans et vivant à Albi, écrit à celle qu'elle sera dans deux ans.

Vous avez entre 15 et 25 ans et sou­hai­tez par­ti­ci­per au pro­jet Lettres d’une géné­ra­tion ? Écrivez-​leur par là !

"Capsule à ouvrir dans 2 ans, his­toire de voir si t’es encore vivante. Salut Tara, c’est Tara, 2 ans en arrière. J’espère que tu vas bien et que tu conti­nues à écrire à des heures impro­bables sans rai­son pré­cise. Je sais pas trop com­ment com­men­cer, j’ai beau­coup de trucs à dire.

D’abord, dis-​moi que t’as tou­jours Kéoo col­lé à toi et si c’est pas le cas, achète un pois­son rouge. Ensuite, j’espère que t’as la même vie que moi, mais encore mieux.
J’espère que tu fais tou­jours autant de bêtises, que tu te fous tou­jours autant dans la merde, que tu tombes tou­jours aus­si fol­le­ment amou­reuse même si tu te pro­mets à chaque fois que c’est la der­nière fois.

Que tu cries, danses et rigoles fort comme avant, que t’as tou­jours ces mau­vaises passes et ces moments de vide qui te donnent une grosse claque dans la gueule et te per­mettent de réagir, que tu conti­nues d’essayer de don­ner de l’amour à tous les gens qui t’entourent même si par­fois tu leur en demande beau­coup. J’espère aus­si que t’as réus­si à contrô­ler ta colère et que tes nerfs sont moins sen­sibles.

Au fait, si t’as pas eu le cou­rage de par­tir vivre loin et de tout le monde, c’est pas grave, t’étais pas prête. On deman­de­ra à la Tara de 25 ans de le faire pour nous. Est-​ce que tu traînes tou­jours avec Quentin, Vio et Sarah ? Est-​ce que t’as rem­bour­sé toutes les clopes que t’as volé devant le lycée ? Est-​ce que t’as res­pec­té tes pro­messes ? T’es par­tie de chez toi et t’es jamais reve­nue ? T’as envoyé l’autorité se faire foutre ? T’as réus­si à prendre tes res­pon­sa­bi­li­tés seule sans avoir besoin de per­sonne ? Est-​ce que t’as réus­si à dire à ton crush de 4ème que t’étais dingue de lui ?

Même si tu as cer­tai­ne­ment plus d’expérience sur la vie que moi, laisse-​moi te don­ner quelques règles fon­da­men­tales à ne jamais oublier quoi qu’il arrive. 

D’abord, fonce dans le tas. Même si t’es pas sûre. La suite on ver­ra plus tard. Fais confiance aux autres, tou­jours. Ne garde jamais rien pour toi. Réponds tou­jours au télé­phone on sait jamais. Ne mets pas de soquettes avec des Doc Martens. Même si tu le vois plus, appelle Marius si tu apprends qu’il a un pro­blème. La der­nière fois, après un gros coup de pied au cul ça s’était plu­tôt bien pas­sé. 

Lâche la pres­sion. Abandonne-​toi à la sen­sa­tion de te lais­ser gui­der par le mou­ve­ment. Écoute du Saez. Rappelle-​toi toute ta vie de ceux qui se sont occu­pés de toi quand toi tu n’arrivais plus. Souviens-​toi des paroles et conseils de ton père, pour être sûre de ne jamais les suivre. Sois tou­jours com­pré­hen­sive avec les autres. Et le plus impor­tant, si tu paniques, ne le dis pas à Thomas, sinon lui aus­si il panique. 

T’as tou­jours vou­lu chan­ger le monde. Du moins y contri­buer à ton échelle. J’espère que t’as réus­si. Que t’as réus­si à aider ceux qui en avaient plus besoin que toi. J’espère que tu t’es mise au tra­vail pour réa­li­ser nos plus grands rêves. Pour enfin deve­nir quelqu’un, peut-​être. 

Pour finir, s’il te plaît ne te fais pas de mal. Reste toi-​même et sois heu­reuse. Continue d’enfermer tous tes sou­ve­nirs pré­cieux dans des boîtes. Ça réchauffe le coeur quand ça va pas. Arrête d’essayer de sur­vivre et com­mence à vivre réel­le­ment. Du plus fort que tu peux. Et sur­tout, entre deux temps, pense à res­pi­rer." 

Tara, 17 ans, Albi

Lettre d’une géné­ra­tion, épi­sode 9 l Lettre à la sco­la­ri­sa­tion obli­ga­toire : « Tout le monde apprend, natu­rel­le­ment, par­tout, tout le temps et for­cer cet appren­tis­sage n’a pas de sens »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés