Le « Mila gate », une question de doigté

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote intervient depuis une vingtaine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France comme « animateur de prévention ». Il rencontre des dizaines de jeunes avec lesquel·les il échange sur la sexualité et les conduites addictives. 

109 Kpote © Marta Blue
© Marta Blue

À Marc, qui sait, lui, maintenant. 

Le 18 janvier restera comme le Fucking Mila Day dans les limbes de la mémoire Twitterienne. Petit récap pour celles et ceux qui étaient en zone blanche à ce moment-​là : Mila, une jeune ado de 16 ans, échangeait en livesur Instagram avec ses abonné·es. Jusqu’ici, tout va bien. Dans le fil, un internaute dragueur relou est recalé par Mila, qui officialise son homosexualité. Castré dans son amour propre, le mec l’aurait insultée, l’accusant de racisme et d’islamophobie, aussitôt ­followé par d’autres. En représailles, la jeune fille a posté une vidéo très critique sur l’islam, qualifiant la religion ainsi : « Le Coran est une religion de haine […] Votre religion, c’est de la merde, votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul, merci au revoir. » À la seconde où elle a cliqué sur « publier »,[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
Capture d’écran 2020 03 05 à 13.26.13

Les marchands de sommeil de la high-​tech

La clé d’un sommeil réparateur, selon les start-up de la « sleep tech » ? Une batterie de gadgets, capteurs et autres mouchards destinés à épier chaque nuit votre retrait du monde pour l’optimiser.