books on brown wooden shelf
©Alexander Wende

L’État condam­né pour atteinte à la liber­té d’expression après la cen­sure d'une librai­rie féministe

Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Nice a condam­né l’État pour atteinte à la liber­té d’expression ce lun­di 26 juin, six mois après que la vitrine de la librai­rie niçoise Les Parleuses ait été recou­verte d’un drap noir par des policier·ières à l’occasion d’une visite de Gérald Darmanin.

En décembre der­nier, la vitrine de la librai­rie fémi­niste niçoise Les Parleuses avait été recou­verte d’un drap noir par des policier·ières lors d’une visite du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. En cause, des col­lages fémi­nistes col­lés à l’intérieur de la vitrine. L’affaire avait alors fait scan­dale et les deux libraires des Parleuses avaient sai­si la jus­tice. Six mois plus tard, l’action des forces de l’ordre est désor­mais jugée illé­gale par la jus­tice, rap­porte Libération. Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Nice a en effet condam­né l’État pour atteinte à la liber­té d’expression ce lun­di 26 juin. 

« En l’absence de toute menace à l’ordre public, la[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés