affiche derniers prix
Vitrine d'un magasin San Marina

“Cet emploi, c'était beau­coup pour moi” : les salarié·es de San Marina s’apprêtent à fer­mer le rideau

Entre tris­tesse et libé­ra­tion face à l'incertitude, les employé·es des bou­tiques pari­siennes de l’enseigne San Marina vivent ce jeu­di 16 février l’une de leurs der­nières jour­nées en maga­sin avant la fer­me­ture défi­ni­tive, pré­vue pour la fin de semaine.

« Vendredi, on ferme défi­ni­ti­ve­ment le maga­sin ». Après Camaïeu et Go Sport, les employé·es des bou­tiques pari­siennes de la mythique enseigne de chaus­sure San Marina, qui existe depuis 1981, s'apprêtent à fer­mer défi­ni­ti­ve­ment les portes de leurs bou­tiques. Ce jeu­di 16 février, les client·es, des femmes dans leur grande majo­ri­té, se sont don­né rendez-​vous dans les bou­tiques pour pro­fi­ter des der­niers prix avant la très pro­bable liqui­da­tion du groupe judi­ciaire lundi. 

« Ni repris, ni échan­gé, nous fer­mons ce same­di », indique une res­pon­sable de maga­sin à une cliente qui règle un sac à main et des escar­pins. Les demandes des client·es s’enchaînent et se res­semblent : « Est-​ce que c’est votre der­nière poin­ture ? », « Tout est à – 50% ? », « Allez-​vous faire des offres sup­plé­men­taires ? ». Depuis l’annonce faite par les médias mar­di 14 février que l'ensemble des 163 maga­sins de l'enseigne allaient fer­mer en fin de semaine, les client·es se pré­ci­pitent dans les San Marina de la capi­tale. Les bou­tiques écoulent leurs stocks à prix cas­sés. « On dirait qu’on a fait une annonce "venez ache­ter votre der­nier pain, après ce sera la fin" » rigole Damien1, res­pon­sable d'une bou­tique de la rive droite. Depuis hier « c’est la guerre », explique-​t-​il. Selon lui, les client·es s’arrachent même les der­nières poin­tures. Le deve­nir de sa bou­tique, qui ferme ses portes dès ven­dre­di soir, fait tris­te­ment écho à celui vécu par le maga­sin Camaïeu situé juste en face. Par la vitrine, on ne dis­tingue plus qu'un meuble de caisse lais­sé à l’abandon, triste sym­bole de la liqui­da­tion judi­ciaire de la chaîne d'habillement sur­ve­nue en sep­tembre dernier.

L’enseigne de chaus­sures San Marina, qui emploie plus de 600 salarié·es sur l'ensemble du ter­ri­toire fran­çais, est en redres­se­ment judi­ciaire et en attente d’une pro­bable liqui­da­tion ce lun­di devant le tri­bu­nal de com­merce de Marseille. Alors que le groupe est en dif­fi­cul­té finan­cière, l’espoir d’une reprise s’est éloi­gné la semaine der­nière lorsque les deux action­naires ont aban­don­né leur offre, faute de finan­ce­ments suf­fi­sants, selon 20minutes.

Des client·es décu·es et solidaires 
san marina
Magasin San Marina Montparnasse © Camille Pineau 

« Je viens juste d’apprendre que ça va fer­mer défi­ni­ti­ve­ment, je suis dégoû­tée. » Pour Ketty, cliente habi­tuée de la marque, comme pour beau­coup d’autres, la décep­tion est grande. « Je suis fra­gile des pieds et ce sont les seules chaus­sures qui me vont, au niveau qua­li­té et confort il n’y a rien à redire », confie-​t-​elle à Causette en essayant une paire de bottes hautes. Mathilde, éga­le­ment en train d’essayer une paire de chaus­sures dans le même maga­sin, ne cache pas son regret de voir la marque dis­pa­raître. Interrogée par Causette, elle explique avoir appe­lé le maga­sin pour connaître les offres avant de venir. « D'abord Camaïeu et main­te­nant San Marina, je suis triste, c'étaient deux marques que j'aimais bien. »

D'autres client·es, moins atta­chées à l'enseigne, ont flai­ré les bonnes affaires. « Tout est cher, les gens sont en dif­fi­cul­té de par­tout donc j’en pro­fite » explique Nadia, 53 ans, habi­tante d'Arcueil. Les client·es sont aus­si là pour témoi­gner leur sou­tien aux employé·es. « Je me suis dit que je vien­drai en bou­tique pour les prix, mais aus­si en sou­tien aux ven­deurs et ven­deuses, je trouve ça mal­heu­reux cette fer­me­ture », atteste Anne, 40 ans, en lor­gnant sur les paires d'escarpins. De son côté, Ketty note que « ça va faire encore du chô­mage un peu par­tout en France et c’est dom­mage ».

Des sen­ti­ments partagés 

Pour se pro­té­ger des assauts des médias dans un contexte encore incer­tain, les ven­deurs et ven­deuses des bou­tiques ont reçu pour consigne de la part de la direc­tion de ne pas par­ler à la presse. Sur la défen­sive, plu­sieurs salarié·es ont indi­qué clai­re­ment qu’ils et elles ne sou­hai­taient pas s’exprimer. Certain·es ont bien accep­té de livrer leur res­sen­ti à Causette, tout en res­tant sur la réserve : « Dans la vie, les épreuves, il faut les accep­ter et pas­ser à autre chose, lance Marine1, res­pon­sable d'un maga­sin rive gauche. Il y a mon direc­teur qui vient d’arriver, je ne peux pas vous en dire plus. » Entre les nombreux·euses client·es présent·es dans sa bou­tique, Yasmine1, ven­deuse d'un San Marina ins­tal­lé dans un quar­tier tou­ris­tique, confie à Causette qu'« elle est dégoû­tée » . Elle conti­nue : « Ça bou­le­verse inté­rieu­re­ment, je suis triste de par­tir après des années. » C’était son « pre­mier emploi depuis [qu'elle est] arri­vée en France, ça repré­sen­tait quand même beau­coup ». Mais elle « garde espoir jusqu’au bout »

Pour Marine aus­si, c'est la fin d'une époque. « San Marina c’est 15 ans de ma vie, de belles ren­contres humai­ne­ment avec les clients et les équipes », souffle-​t-​elle. Mais il faut « savoir avan­cer ». Pour Damien au contraire, « c’est le sou­la­ge­ment ». Il explique avoir « envie et hâte que ça se ter­mine », et raconte : « Bizarrement, dès que j’ai su que ça allait fer­mer, j'ai su que le com­merce c’était fini pour moi. »

Un ave­nir préparé 
ambiance magasin
© Camille Pineau 

Si la sur­prise a été grande pour les adeptes de la marque, elle l’était beau­coup moins du côté des employé·es de l’enseigne. « On savait que ça allait mal depuis le covid et on était au cou­rant qu’il y avait un redres­se­ment judi­ciaire. On nous avait déjà pré­ve­nus que le maga­sin allait fer­mer en février », raconte Marine. Une infor­ma­tion que détaille Damien : « Ça fait six mois que l’on sait que la bou­tique dans laquelle je tra­vaille va fer­mer. Le maga­sin devait déjà fer­mer ven­dre­di der­nier, mais les syn­di­cats ont réus­si à négo­cier une semaine de plus et on tire­ra défi­ni­ti­ve­ment le rideau ven­dre­di. » En fait, aucun·e employé·e ne s'attendait à ce que ce soient toutes les bou­tiques San Marina qui ferment à la fin de cette semaine. « On savait que la nôtre était concer­née mais ils nous avaient quand même dit que quelques maga­sins res­te­raient ouverts », indique Yasmine. 

Dans ce contexte alar­mant, certain·es avaient déjà com­men­cé à réflé­chir et à pré­pa­rer leur ave­nir. Avec le sou­rire et entre deux clientes, Marine raconte à Causette « avoir déjà d’autres pro­jets ». Elle conti­nue : « J’ai une pas­sion et je veux en faire mon métier. » L’air triste, Yasmine explique qu’elle va « prendre un peu de temps pour [elle] et [se] lan­cer dans une for­ma­tion » : « Je ne veux pas refaire de la vente, aller chez Minelli [enseigne du même groupe, Vivarte, que San Marina dans laquelle les employé·es espèrent pou­voir être reclassé·es] et revivre la même situation. »

Une com­pen­sa­tion financière ? 

Mardi 14 février, la CGT a appe­lé à la grève face au refus de la direc­tion de l'enseigne San Marina d’accorder une prime aux sala­riés à l’image de celle obte­nue par les sala­riés de Camaïeu. Interrogé·es sur cette prime de départ, les employé·es n’ont pas de « vraies » réponses à appor­ter. « C’est flou », disent-​iels. Selon Yasmine, il « devrait y avoir une indem­ni­té ». Elle « espère au mini­mum un mois et demi de salaire ». Mais « attend de voir ce que la CGT va lui pro­po­ser »

Damien assure savoir « qu’on [les employé·es ndlr] aura un main­tien de salaire de 80% pen­dant un an ». En revanche, « concer­nant la prime de salaire, ils ne sont pas très clairs là-​dessus ». En atten­dant la fer­me­ture de leur maga­sin, les employé·es ne lâchent rien mais « n’iront pas faire grève ». Avec l'espoir un jour, comme nous le livre Marine, de revoir leurs client·es et col­lègues « dans une autre vie peut-​être ».

À lire aus­si I « Je ne pense pas à une crise éco­no­mique en Europe dans un ave­nir proche »

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
  1. le pré­nom a été modi­fié[][][]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.