Russie : la résis­tance dis­crète mais active des fémi­nistes anti-guerre

Depuis le début du conflit russo-​ukrainien, les groupes fémi­nistes et paci­fistes redoublent d’inventivité pour per­cer les bulles de pro­pa­gande et dis­til­ler leurs idées sous l’étendard du mou­ve­ment Feminist Anti War Resistance. Dépôt de fleurs sous les monu­ments aux morts, mes­sages sur les éti­quettes de super­mar­chés, mise en cir­cu­la­tion de pièces de mon­naies mar­quées « Non à la guerre » : tout est bon pour bous­cu­ler l’apathie de leur concitoyen·nes.

capture decran 2022 04 12 a 10.16.51
Un billet sur lequel a été anno­té « Tout l'argent est allé à la guerre »
© chaîne Telegram Feminist Antiwar Resistance

Une chaîne Telegram, cette appli­ca­tion de mes­sa­ge­rie cryp­tée qui se pré­tend l’une des plus sûres au monde, comme il en existe tant d’autres. Sauf que les carac­tères en cyril­liques de celle-​ci, sui­vie par près de 30 000 per­sonnes, cachent des idées de résis­tance contre la guerre menée par la Russie en Ukraine. Affiches et billets de banque estam­pillés « нет войне » (« Non à la guerre »), habits de deuil et fleurs dépo­sées sous des sym­boles de guerres, rem­pla­ce­ment d'étiquettes par des mes­sages anti-​guerre dans les super­mar­chés… Ces idées sont pro­po­sées sur la conver­sa­tion par les coordinateur·rices du mou­ve­ment Feminist Anti War Resistance (FAR), à qui les militant·es peuvent trans­mettre leurs propres ini­tia­tives via un bot. Cette orga­ni­sa­tion décen­tra­li­sée regroupe des Russes situé·es un peu par­tout dans le pays et aux pro­fils très variés. « J’imagine que ce qui nous unit sont les idées fémi­nistes mais je ne serais pas sur­prise que des hommes ou des femmes conservateur·rices par­ti­cipent aus­si à nos actions » déclare Julia, membre de l’organisation. 

Des actes de résis­tance non sans risques : depuis le début de l'« opé­ra­tion spé­ciale », euphé­misme russe pour dési­gner le conflit en cours, qui­conque s'oppose à celle-​ci prend le risque de subir de lourdes sanc­tions. L'association OVD info recense, depuis le 24 février 2022 et l'invasion de l'Ukraine, 15 425 déten­tions en rap­port avec des mani­fes­ta­tions anti-guerre.

Résistance de pre­mière heure

Pendant que les chars de Poutine pénétrent en Ukraine, la résis­tance fémi­niste et paci­fique russe s’organise déjà de Kaliningrad à Vladivostok. Le 25 février der­nier, len­de­main de l'invasion, un mani­feste voit le jour. Écrit par la mili­tante Ella Rossman – socio­logue dans un centre de recherche bri­tan­nique spé­cia­liste de la place des femmes dans la socié­té russe, sovié­tique et post-soviétique[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés