fbpx

Droit de réponse de l’organisme d’adoption Les Enfants de Reine Miséricorde

À la suite de la publi­ca­tion de notre enquête « "Les Enfants de Reine de Miséricorde" : un scan­dale de l’adoption en Éthiopie » l’organisme d’adoption Les Enfants de Reine Miséricorde nous a fait par­ve­nir le droit de réponse sui­vant :

"Le jour­nal Causette ( juin 2021) met gra­ve­ment en cause notre orga­nisme d’adoption « Les Enfants de Reine de Miséricorde (ERM) » en titrant « scan­dale de l’adoption en Éthiopie » et en publiant des témoi­gnages de cas par­ti­cu­liers, concer­nant des adop­tions en Éthiopie réa­li­sées par notre inter­mé­diaire.

Certains élé­ments du repor­tage révèlent une mécon­nais­sance pro­fonde des pro­cé­dures d’adoption. Organisme auto­ri­sé pour l’adoption par le Ministère des Affaires Étrangères fran­çais, ERM ins­crit sa mis­sion dans le strict res­pect des exi­gences légales en vigueur aux niveaux natio­nal et inter­na­tio­nal ain­si que dans la plus grande éthique. En Éthiopie comme dans tous pays, la déci­sion de rendre un enfant adop­table est de la res­pon­sa­bi­li­té sou­ve­raine des auto­ri­tés. Seules ces auto­ri­tés peuvent éta­blir, après enquête, l’histoire de l’enfant et déci­der de le pro­po­ser à l’adoption. Ce sont ces docu­ments qui sont remis aux orga­nismes d’adoption et ces der­niers ne sont pas auto­ri­sés à exer­cer le moindre contrôle. Toutes les adop­tions par ERM ont fait l’objet d’un juge­ment par le tri­bu­nal d’Addis Abeba et sont par­fai­te­ment légales. En outre l’ensemble est sur­veillé par le Ministère des Affaires Étrangères et les adop­tions sont sou­mises à la Justice fran­çaise. La loi éthio­pienne ne per­met pas l’abandon d’un enfant (sauf cas de parents sidéens). C’est pour­quoi des parents ont pu par­fois se faire pas­ser pour décé­dés ou dis­pa­rus, à l’insu des auto­ri­tés et à notre insu, afin de per­mettre une adop­tion, dans ce pays où aucune aide sociale n’est dis­po­nible pour une famille en situa­tion de détresse. L’absence d’état civil en Éthiopie a faci­li­té de telles pra­tiques. La déci­sion de confier un enfant à l’adoption n’en est pas moins réelle et s’est véri­fiée dans la quasi-​totalité des cas où la famille bio­lo­gique a pu être retrou­vée. ERM est tenue par le secret impo­sé par la Loi et ne peut donc appor­ter les réponses concrètes aux cas décrits par Causette.

ERM a tou­jours fait preuve de vigi­lance et amé­lio­ré sans cesse ses pra­tiques au fil des ans : insis­tance à recueillir l’histoire des enfants auprès des ser­vices sociaux ; arrêt des adop­tions d’enfants pro­ve­nant des orphe­li­nats d’Addis-Abeba après décou­verte d’anomalies ; échanges avec lesau­to­ri­tés éthio­piennes qui ont fait évo­luer leurs pro­cé­dures ; mise en place de par­rai­nages pour trou­ver des solu­tions locales chaque fois que pos­sible (aujourd’hui encore 1 070 enfants éthio­piens sont par­rai­nés) ; orga­ni­sa­tion de voyages enca­drés « retour en Éthiopie » avec des adop­tés (une cen­taine). ERM a été inter­pel­lée par des familles adop­tives disant que leurs enfants leur par­laient de parents bio­lo­giques tou­jours vivants. Gilbert Bayon, alors pré­sident d’ERM, a pris l’initiative à par­tir de 2004, par ses nom­breux voyages, de faire des recherches sur les ori­gines éthio­piennes des jeunes adop­tés pour ten­ter de réta­blir la véri­té et trans­mettre aux familles les infor­ma­tions qu’il avait obte­nues sur place. C’est ain­si qu’ERM a retrou­vé la maman bio­lo­gique de Julie Foulon dès 2007 et en a infor­mé ses parents adop­tifs. Le jour­nal Causette s’est lais­sé détour­ner de la véri­té par cette jeune femme dont les témoi­gnages sont en contra­dic­tion totale avec les preuves dont nous dis­po­sons. Comment ima­gi­ner que ses membres se seraient mobi­li­sés avec autant d’énergie pour aider aux retrou­vailles avec des familles bio­lo­giques si ERM avait quelque chose à dis­si­mu­ler dans le scan­dale dont on l’accuse ?

L’article de Causette porte aus­si un grave pré­ju­dice aux 1 575 enfants d’origine éthio­pienne adop­tés par ERM rece­vant avec dou­leur de tels pro­pos des­truc­teurs lais­sant croire qu’ils ont été vic­times d’un tra­fic orga­ni­sé. Nous leur expri­mons notre soli­da­ri­té et notre com­pas­sion. N’oublions pas que toute adop­tion repose au départ sur un vécu tra­gique, mala­die, acci­dent, décès, aban­don, source de souf­frances pour les jeunes adop­tés, comme pour leurs familles adop­tives et bio­lo­giques. Nous sommes conscients que les ques­tions dépassent par­fois les infor­ma­tions que nous par­ve­nons à réunir. Pour autant, notre asso­cia­tion s’est tou­jours impo­sé une grande exi­gence éthique et mérite d’être recon­nue pour l’aide qu’elle apporte encore avec bien­veillance aux familles et aux jeunes qui s’adressent à elle."

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés