fbpx

Sophia Wallace, le clit art mili­tant

L’artiste amé­ri­caine s’empare de l’organe mal aimé pour lui don­ner la place qu’il mérite : le devant de la scène.

HS5 SophiaWallace 01
© Gabriel Hernandez

« Le trou n’est pas un tout », « Quatre minutes, c’est le temps moyen pour qu’une femme ait un orgasme en se mas­tur­bant », « Dites la véri­té, les femmes ne seront jamais égales aux hommes tant qu’elles devront simu­ler et men­tir », « Clitoris, dites mon nom, dites mon nom ». La liste est longue, elle est affi­chée sur plu­sieurs mètres car­rés et sur­plom­bée d’un immense néon où l’on peut lire « ­Cliteracy ». Le nom de l’œuvre de l’artiste amé­ri­caine Sophia Wallace est la contrac­tion de « cli­to­ris » et de « lite­ra­cy » (« alpha­bé­ti­sa­tion », en anglais) – car, oui, contre des siècles d’obscurantisme, elle fait de l’information sa mis­sion ! Alors pour concoc­ter ses haïkus-​­hommages au bou­ton de rose, elle est par­tie de don­nées scien­ti­fiques et d’informations his­to­riques mécon­nues, mais aus­si de mes­sages mili­tants aux­quels elle a ajou­té son grain de sel. Son pré­fé­ré ? « Tous les corps ont le droit de connaître le plai­sir et ils en ont tous la capa­ci­té. »

Sophia est née à Seattle, où elle a gran­di avec un frère, une sœur et des parents éco­lo­gistes de la pre­mière heure. Après des études en sciences poli­tiques et de pho­to­gra­phie, elle délaisse vite ce pre­mier[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
beatephoto13 beate at american japanese festival in 1938

Beate Sirota Gordon, l’Olympe de Gouges du Pacifique

Cette Austro-Américaine fut, en 1946, la seule femme choisie par le général MacArthur pour poser les bases de la nouvelle Constitution japonaise. Elle y a rédigé la section consacrée aux droits des femmes… Elle n’avait alors que 22 ans.

portrait of harriet tubman 1820 1913 american abolitionist by benjamin f. Powelson Auburn New York USA 1868

Harriet Tubman, l'enchaînée déchaî­née

Née esclave aux environs de 1820 dans le Maryland, Harriet Tubman va se défaire de ses chaînes en s’enfuyant vers le nord des États-Unis. Elle rejoint l’Underground Railroad pour aider des esclaves noirs à passer du Sud vers le Nord, et en libère à...