• Rechercher
  • Mot de passe oublié ?
  • Mot de passe oublié ?

Maipi-​Clarke, plus jeune élue néo-​zélandaise : son dis­cours au Parlement fait le tour du monde

Capture decran 2024 01 05 a 4.48.58 PM
© Capture écran @iamjacksnz

Plus jeune élue de l’histoire du Parlement néo-​zélandais, la jeune femme mao­rie a exé­cu­té un haka en pleine séance par­le­men­taire pour dénon­cer la poli­tique “raciste” qui vise actuel­le­ment son peuple indigène.

“Ce gou­ver­ne­ment a atta­qué mon monde de tous les côtés : notre san­té, notre envi­ron­ne­ment, notre eau, notre terre, nos res­sources natu­relles, nos quar­tiers mao­ris, notre langue, nos enfants et mon droit, ain­si que le vôtre, d’être dans ce pays, selon notre consti­tu­tion”, a décla­ré Hana-​Rawhiti Maipi-​Clarke, 21 ans, à pro­pos de la poli­tique “raciste” du nou­veau gou­ver­ne­ment conser­va­teur de Nouvelle-​Zélande. Membre du par­ti mao­ri, elle a été élue lors des élec­tions légis­la­tives du 14 octobre, fai­sant d’elle la plus jeune élue de l’histoire du Parlement néo-​zélandais. Elle a pro­non­cé, le 12 décembre der­nier, un dis­cours inau­gu­ral puis­sant, ain­si qu’un haka – danse tra­di­tion­nelle mao­rie – deve­nu viral sur les réseaux sociaux. 

@screenshothq

21 year old Hana-​Rawhiti Maipi-​Clarke made his­to­ry after she was elec­ted to the Hauraki-​Waikato seat of New Zealand's Parliament. She is the youn­gest MP to be elec­ted in Aotearoa (New Zealand) in 170 years #nzpo­li­tics #nzpol #teao­mao­ri #new­zea­land #poli­tics #fyp #par­lia­ment #nz

♬ Benjamins Deli – JRitt

En Nouvelle-​Zélande, la lutte contre la poli­tique conser­va­trice emme­née par le nou­veau Premier ministre Christopher Luxon est dotée d'une alliée remar­quable en la per­sonne de Maipi-​Clarke. Début décembre, des mil­liers de manifestant·es ont empli les rues du pays pour pro­tes­ter contre la répres­sion par le nou­veau gou­ver­ne­ment de la popu­la­tion autoch­tone mao­rie. Les dirigeant·es sont notam­ment accusé·es par les Maori·es de mener une poli­tique raciste, mena­çant un trai­té qui pro­tège les droits des peuples autoch­tones. Le gou­ver­ne­ment cher­che­rait éga­le­ment à faire chan­ger de nom cer­tains dépar­te­ments du mao­ri à l’anglais et à fer­mer l’autorité sani­taire mao­rie, Te Aka Whai Ora.

Face à ces attaques, Hana-​Rawhiti Maipi-​Clarke a décla­ré à son peuple indi­gène lors de son dis­cours inau­gu­ral : “Je suis à votre ser­vice, à l’intérieur et à l’extérieur de ce par­le­ment. Je mour­rais pour vous dans cette chambre et je vivrais pour vous à l’extérieur de ces murs.” La démons­tra­tion par la jeune élue d’un haka, cette danse qui vise à impres­sion­ner un adver­saire, témoigne d’une pro­tes­ta­tion par­ti­cu­lière, d’autant plus que le par­ti mao­ri n’a obte­nu que six sièges lors des légis­la­tives de 2023. “Quel est l’objet de ce ras­sem­ble­ment en ce lieu sacré ? C’est l’unité. C’est l’unité”, a encore affir­mé Maipi-​Clarke, cette fois en langue mao­rie, au cours de ce haka rapi­de­ment scan­dé par les autres membres indi­gènes du Parlement lors de cette séance mémorable.

Partager