fbpx
SIPA 00500945 000001
L'avocate Gisele Halimi et Marie-Claire Chevalier apres le jugement. La jeun e femme de 16 ans est en proces pour avoir avorte apres un viol. Militants MLF et sympathisants sont venus les soutenir. Bobigny, 21 novembre 1972. © Jean-Paul Chausse / SIPA

Gisèle Halimi : tout le monde lui dit « merci »

Quelle vie flam­boyante que celle de Gisèle Halimi ! Causette vous pro­pose un por­trait sub­jec­tif de l’avocate dis­pa­rue le 28 juillet, par celles et ceux qui l’ont aimée, de près ou de loin.

« Merci Madame. » C’était le mot de recon­nais­sance qui cir­cu­lait, quelques heures après l’annonce de la mort de Gisèle Halimi, ce mar­di 28 juillet, en tête des « top tweets » du réseau social Twitter. La dis­pa­ri­tion de l’avocate à l’âge de 93 ans a rem­pli les cœurs de cha­grin et une pluie d’hommages de tout bord s’est abat­tue sur cette infa­ti­gable défen­seuse des droits des femmes. Un consen­sus qui démontre le sta­tut d’icône de Gisèle, au même titre que Simone Veil, décé­dée en 2017. D’une cer­taine manière, la pre­mière a pré­pa­ré le ter­rain à la seconde pour léga­li­ser l’IVG, grâce au reten­tis­sant pro­cès de Bobigny, en 1972. Trois ans avant la loi Veil. 

Le pro­cès de Bobigny

« Lorsque Gisèle Halimi prend la défense de Marie-​Claire, 16 ans, qui était accu­sée de crime pour avoir avor­té après un viol en réunion, et de sa mère qui l’y avait aidée, elle démontre une grande force mais aus­si une ingé­nio­si­té cer­taine, relève Zoë Royaux, avo­cate et porte-​parole de la Fondation des femmes. Elle a choi­si d’en faire un pro­cès poli­tique, en convo­quant habi­le­ment les médias à l’audience mais aus­si des témoins de la socié­té civile à la barre, comme des méde­cins racon­tant l’horreur des avor­te­ments faits mai­son et la détresse des femmes. » 

François Luciani, réa­li­sa­teur, en 2006, du Procès de Bobigny, un télé­film retra­çant ce moment his­to­rique, avait tout juste 18 ans en[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
portrait of harriet tubman 1820 1913 american abolitionist by benjamin f. Powelson Auburn New York USA 1868

Harriet Tubman, l'enchaînée déchaînée

Née esclave aux environs de 1820 dans le Maryland, Harriet Tubman va se défaire de ses chaînes en s’enfuyant vers le nord des États-Unis. Elle rejoint l’Underground Railroad pour aider des esclaves noirs à passer du Sud vers le Nord, et en libère à...

capture decran 2022 09 14 a 15.03.27

Frida Kahlo, machine à pesos

Depuis quelques années, la célèbre peintre mexicaine (1907-1954) fait l’objet d’une vaste opération de récupération marketing qui menace la postérité de son œuvre et de son héritage, plus complexes qu’ils n’y paraissent.