Jules and Augusta Dejerine
Le professeur Jules Déjerine et son épouse, Augusta Klumpke, en 1910, examinant des coupes de cerveau au laboratoire de la Salpêtrière, à Paris. © Wikipédia

Augusta Déjerine-​Klumpke, la pre­mière interne des hôpi­taux de Paris

Augusta Déjerine-​Klumpke, l’une des plus grandes neu­ro­logues fran­çaises, fut la pre­mière femme nom­mée à l’externat puis à l’internat des hôpi­taux de Paris. La pre­mière, éga­le­ment, à deve­nir membre puis pré­si­dente de la Société de neu­ro­lo­gie de Paris. Et comme bien sou­vent, il se pour­rait bien qu’elle ait écrit elle-​même les ouvrages publiés sous le nom de son mari. 

San Francisco, milieu du XIXe siècle, en pleine ruée vers l’or. Les parents d’Augusta Klumpke, John Gerald Klumpke et Dorothea Mathilda Tolle, sont des immi­grés alle­mands. Un temps cor­don­nier, le père, qui a des ambi­tions, se lance rapi­de­ment dans l’immobilier et fait for­tune. Les Klumpke ont sept enfants dont l’un meurt à l’âge de 1 an, quand, un beau jour, John Gerald tombe amou­reux d’une cer­taine Bernardina. Dorothea Mathilda le quitte, obtient le divorce, la garde des enfants, la moi­tié de sa for­tune. Et part en Europe avec ses six enfants et beau­coup de courage.

Après un séjour de quelques années en Allemagne et[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
17

Chorales fémi­nistes : haut les chœurs

Partout en France, les groupes de chanteuses voient leurs rangs grossir et leurs chœurs rugir de plus belle. Avec des noms aussi endiablés qu’elles – Les Punks à chatte, Les Chorâleuses, Chauffe Marcelle… –, ils offrent à leurs membres un espace...