Capture decran 2023 11 25 a 19.46.38
©A.T.

Le conflit israélo-​palestinien s'invite à la Marche du 25 novembre : entre large sou­tien aux pales­ti­niennes et mise à l'écart des fémi­nistes juives 

Le conflit israélo-​palestinien s’est invi­té dans la marche pari­sienne contre les vio­lences de genre, ce same­di 25 novembre. Si les dra­peaux pales­ti­niens flot­taient tout au long de la mani­fes­ta­tion, un cor­tège de fémi­nistes juives a mar­ché à l’écart. Elles fus­tigent le silence des fémi­nistes sur les viols et fémi­ni­cides com­mis le 7 octobre par le Hamas et regrettent de ne pas avoir été invi­tées offi­ciel­le­ment par les asso­cia­tions féministes. 

Depuis l’attaque du mou­ve­ment isla­miste Hamas en Israël, le 7 octobre der­nier, le conflit israélo-​palestinien divise les fémi­nistes fran­çaises. La marche orga­ni­sée ce 25 novembre à Paris par le col­lec­tif #NousToutes et d'autres asso­cia­tions fémi­nistes et afro­fé­mi­nistes, dans le cadre de la Journée inter­na­tio­nale pour l’élimination des vio­lences à l’égard des femmes, en est l’illustration.

Au départ, place de la Nation (11ème arron­dis­se­ment), alors que les cor­tèges prennent place dans l’ordre de marche, des militant·es patientent à deux cents mètres de la foule. Sur une large ban­de­role vio­lette, on peut lire « Violées, muti­lées, tuées par le Hamas. Qu’attendez-vous pour condam­ner et agir ? ». À l’appel d'une démarche citoyenne, deux-​cents per­sonnes sont venues dénon­cer les atro­ci­tés – fémi­ni­cides et viols – com­mises par le Hamas le 7 octobre der­nier. Elles ont aus­si dénon­cé « le silence assour­dis­sant et incom­pré­hen­sible des asso­cia­tions et mili­tantes fémi­nistes ».

Capture decran 2023 11 25 a 19.47.59
Cinq semaines de fracture 

La frac­ture n'est pas nou­velle. Le conflit israélo-​palestinien divise les fémi­nistes fran­çaises depuis long­temps, mais la ten­sion s'est ravi­vée depuis le 7 octobre. D’un côté, les unes condamnent sans réserve l’attaque du Hamas, qui a fait au moins 1 400 mort·es, 2 400 blessé·es et 240 prisonnier·ères côté israé­lien – treize otages ont d'ailleurs été libéré·es hier. De l’autre, cer­taines dénoncent la poli­tique colo­nia­liste de l’État hébreu, dont la riposte a cau­sé, en cinq semaines, au moins 12 300 mort·es par­mi la popu­la­tion pales­ti­nienne de Gaza, dont 5 350 enfants et plus de 3 250 femmes – d’après le minis­tère de la Santé du Hamas, dont les affir­ma­tions ne peuvent être vérifiées. 

Reste que sur les réseaux sociaux, la situa­tion dra­ma­tique au Proche-​Orient révèle une pro­fonde frac­ture au sein des sphères fémi­nistes fran­çaises. « Nous ne sommes pas offi­ciel­le­ment dans l’organisation d'une marche contre les vio­lences faites aux femmes alors que des viols et des fémi­ni­cides de masse ont été com­mis il y a à peine six semaines, dénonce Maya, l’une des orga­ni­sa­trices du[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
Couverture 25 novembre

“On n’en veut plus de toutes ces mortes, de toutes ces vio­lences” : retour en images sur la mani­fes­ta­tion pari­sienne contre les vio­lences de genre

Ce same­di 25 novembre, par­tout en France, se dérou­lait la mani­fes­ta­tion contre les vio­lences de genre, sociales et d’État orga­ni­sée par le col­lec­tif fémi­niste #NousToutes et d’autres asso­cia­tions fémi­nistes. Cette année...