IMG 1829
©A.T.

Féminicides : au cœur de Paris, 653 noms de femmes assas­si­nées durant le pre­mier quin­quen­nat Macron

Causette a sui­vi, dimanche soir, les mili­tantes du comi­té local Nous Toutes de Paris Nord qui ont, pour la pre­mière fois, col­lé sur un même mur les pré­noms des 653 femmes assas­si­nées sous le quin­quen­nat Macron. 

Le télé­phone sonne dans le taxi qui nous mène au rendez-​vous. Au bout du fil, une voix fémi­nine nous informe que le lieu vient de chan­ger à la der­nière minute : « On n’avait pas pen­sé aux ins­tal­la­tions du mar­ché. » Il est alors presque 21 heures lorsque nous pre­nons la direc­tion du numé­ro 41 de la rue de la Grange-​aux-​Belles, dans le Xe arron­dis­se­ment de Paris, non loin du canal Saint-​Martin. En arri­vant en haut de la rue, on dis­tingue au loin un petit groupe qui s’affaire sur le trot­toir. Certaines font des mesures sur l’immense mur de béton de l’hôpital Saint-​Louis, qui se dresse à leur gauche. Au sol, des sacs de course, quelques seaux et un esca­beau : nous sommes au bon endroit. 

Gwendoline, Marie-​Charlotte, Alison, Fabienne et les autres font toutes par­tie du comi­té local Nous Toutes de Paris Nord. Depuis leur lan­ce­ment en octobre 2021, elles collent des slo­gans fémi­nistes au moins une fois par semaine sur les murs pari­siens. Mais ce soir, c’est un col­lage un peu par­ti­cu­lier qui les attend puisque, pour la pre­mière fois, seront col­lés au même endroit les pré­noms des 653 femmes assas­si­nées par leurs com­pa­gnons ou ex-​compagnons pen­dant le quin­quen­nat d’Emmanuel Macron. « C’est la pre­mière fois qu’on fait un col­lage de cette ampleur, pré­cise Gwendoline à Causette. C’est un mélange d’incertitudes, de stress, d’émotion et d’excitation. » 

« 1000 feuilles à coller »

L’idée de ce col­lage leur est venue un soir d’avril au cours d’une de leur réunion men­suelle. « À l’époque, on s’était dit que ce serait bien de faire un col­lage “bilan” des fémi­ni­cides com­mis ces cinq der­nières années pour rendre hom­mage à ces femmes et dénon­cer éga­le­ment la poli­tique insuf­fi­sante de Macron en matière de vio­lences conju­gales d’autant plus qu’il venait d’être réélu », explique la jeune femme de 32 ans. Tout s’accélère après le week-​end du 8 mai, mar­qué par plu­sieurs fémi­ni­cides qui poussent le comi­té à mon­ter l’action. « C’était un[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.