Comment les fémi­nistes fran­çaises se mobi­lisent pour les femmes afghanes

Accusées tan­tôt de res­ter silen­cieuses face au sort des Afghanes, tan­tôt d’être des suc­cubes isla­mo­gau­chistes, les fémi­nistes fran­çaises se mobi­lisent, au creux de l’été, pour plai­der la cause des femmes afghanes encer­clées par les tali­bans. Voire, pour cer­taines d’entre elles, orga­ni­ser des éva­cua­tions de mili­tantes des droits des femmes à dis­tance, main dans la main avec l’ambassade de France.

Capture d’écran 2021 08 25 à 09.52.42
Le 15 août, le jour­na­liste Lotfullah Najafizada
publie sur Twitter le cli­ché d'un homme recou­vrant
de pein­ture le visage d'une femme sur une publi­ci­té, à Kaboul.
Elle fera le tour du monde. © Capture d'écran Twitter

D’un côté, la tri­bune mal ren­sei­gnée de l’essayiste Rachel Khan publiée dimanche 22 août dans le Journal du dimanche et conspuant un soi-​disant « silence » des « néo­fé­mi­nistes » au sujet du sort des femmes afghanes depuis la prise de Kaboul par les tali­bans, le 15 août. Toute honte bue, l’autrice n’hésite pas à affir­mer même que « cer­taines [néo­fé­mi­nistes] se réjouissent de [leur] arri­vée » (!). De l’autre, des mili­tantes qui se démènent pour sau­ver la vie de ces mêmes Afghanes. « Trente-​sept mili­tantes afghanes et les enfants de cer­taines d'entre elles ont été exfil­trées en France grâce à notre tra­vail depuis le 15 août, souffle Anaïs Leleux. C’est une goutte d’eau, mais nous fai­sons au mieux. » La fon­da­trice de Pourvoir fémi­niste n’a pas beau­coup dor­mi depuis la prise de Kaboul par les tali­bans. Depuis Paris, cette mili­tante fami­lière des milieux asso­cia­tifs de réfugié·es a rapi­de­ment déci­dé d’agir. Elle pro­pose la force de frappe de Pourvoir fémi­niste à des connais­sances afghanes à Kaboul ain­si qu'à Reza Jafari, pré­sident de l’association Enfants d’Afghanistan et per­son­na­li­té forte de la com­mu­nau­té afghane exi­lée en France. « En tout, nos cama­rades et Reza Jafari ont consti­tué une liste de 82 noms de femmes par­ti­cu­liè­re­ment en dan­ger avec le retour des tali­bans pour que nous aidions à leur éva­cua­tion grâce à nos contacts avec l’ambassade de France, explique la jeune femme. Il s’agit de mili­tantes des droits des femmes, filles et mino­ri­tés de genre, actrices asso­cia­tives, uni­ver­si­taires ou direc­trices d’école qui sont désor­mais les pre­mières cibles de la ven­geance des tali­bans en rai­son des com­bats qu’elles mènent. » Le mili­tant asso­cia­tif pose une exi­gence à l’égard de cette aide d’urgence : ne deman­der, pour l’heure, que l’évacuation des femmes et per­sonnes LGBTQI+, sans leur conjoint, afin de parer au plus pres­sé et empê­cher les assas­si­nats.

Anaïs Leleux se rap­proche alors de la cel­lule de crise du minis­tère des Affaires étran­gères et de l’ambassade fran­çaise à Kaboul pour leur trans­mettre les noms de ces femmes en dan­ger et orga­ni­ser avec eux leur exfil­tra­tion. Pour don­ner du poids à sa requête devant les auto­ri­tés fran­çaises, Pourvoir fémi­niste lance, le 17 août, la péti­tion « Pour que la France accueille les défen­seuses des droits des femmes afghanes  » afin d’asseoir un sou­tien citoyen, adres­sé au pré­sident Emmanuel Macron. L’argument mis en avant tient en ces lignes : « Dans un com­mu­ni­qué en date du 15 août, le ministre des Affaires étran­gères s’est enga­gé à assu­rer la pro­tec­tion des “per­son­na­li­tés de la socié­té civile afghane, défen­seurs des droits, artistes et jour­na­listes par­ti­cu­liè­re­ment mena­cés”. Comment expli­quer que le mot “femmes” n’apparaisse pas une seule fois dans ce texte ? Femmes et enfants repré­sentent pour­tant d’après l’ONU 80 % des per­sonnes fuyant l’avancée des tali­bans. » Avec 91 000 signa­tures à ce jour, dif­fi­cile pour le pou­voir fran­çais de faire la sourde-​oreille à ce plai­doyer, d’autant que depuis le pas­sage de Marlène Schiappa au minis­tère de l’Égalité entre les femmes et les hommes, la France reven­dique s’inscrire dans une « diplo­ma­tie fémi­niste ». À l’instant où nous par­lons donc, l’assemblage com­mu­nau­té afghane en France, Pourvoir fémi­niste et Affaires étran­gères, tente encore d’exfiltrer au compte-​gouttes 46 mili­tantes afghanes pour les droits des femmes avant que les portes du pays ne se referment, le 31 août, selon l'accord entre Américains et tali­bans. Ce 25 août, la France avan­çait le chiffre de 2 000 per­sonnes éva­cuées sur le ter­ri­toire fran­çais au total en une semaine.

Revêtir une bur­qa pour fuir

« C’est dif­fi­cile pour Reza et nous de dire à ces femmes en leur expli­quant qu’elles doivent par­tir sans leur mari, mais c’est pour elles le seul moyen de par­tir, tant la situa­tion à l’aéroport est instable, sou­ligne Anaïs Leleux. Nous les accom­pa­gne­rons dans un second temps dans leurs démarches de regrou­pe­ment fami­lial. » Actuellement, l’armée amé­ri­caine contrôle encore l’aéroport de Kaboul où s’est replié le quar­tier géné­ral de l’ambassade fran­çaise – qui orga­nise les éva­cua­tions des per­sonnes dési­gnées prio­ri­taires (Français·es, per­son­nels afghans au ser­vice de la France et donc, des per­sonnes à pro­té­ger en urgence). Autour de l’aéroport, des sol­dats de l’armée du pou­voir afghan en fuite consti­tuent les der­niers rem­parts à l’armée tali­bane qui a pris posi­tion tout autour. Anaïs Leleux sou­ligne qu’à ce stade les femmes afghanes que l’on cherche à éva­cuer tentent de se pro­cu­rer, à prix d’or sur le mar­ché noir, des bur­qas pour trom­per la vigi­lance des tali­bans. « Beaucoup d’entre elles ont la ving­taine, observe Anaïs Leleux. Certaines plus âgées, qui ont côtoyé la mort de très près depuis 2001, font le choix de res­ter, déter­mi­nées à conti­nuer à œuvrer sur place mal­gré le dan­ger. »

Alors que Pourvoir fémi­niste a ciblé, par prag­ma­tisme au vu de la situa­tion cri­tique, sa requête sur l’accueil de réfu­giées afghanes direc­te­ment mena­cées, un autre col­lec­tif fran­çais mis sur pied juste après la prise de Kaboul, le 15 août, a lui choi­si d’exiger un « accueil incon­di­tion­nel des femmes afghanes ET leurs proches », éga­le­ment au tra­vers d’une péti­tion sur Change.org. Il s’agit d’Urgence Afghanes, lan­cée par deux amies, Nadia Meziane et Marie Bardiaux-​Vaïente, res­pec­ti­ve­ment assis­tante d’élèves en situa­tion de han­di­cap et autrice de bandes des­si­nées. Les deux femmes ont der­rière elles de longues années d’activisme, qu’il s’agisse de lutte contre l’antisémitisme ou pour l’abolition uni­ver­selle de la peine de mort. « Nous avons déci­dé de réagir face à la gra­vi­té de la situa­tion en Afghanistan, mais aus­si pour por­ter une autre voix que celle du pré­sident Macron qui a tenu à ouvrir le débat [lors de son allo­cu­tion en réac­tion à la prise de Kaboul le 16 août, ndlr] sur des “flux migra­toires régu­liers impor­tants” », pré­cise Nadia Meziane.

Union sacrée fémi­niste

La péti­tion aux 6 000 signa­tures affiche d’emblée une sorte d’union sacrée entre fémi­nistes de toute obé­dience en faveur du secours à appor­ter à toutes les Afghanes. « Nous, fémi­nistes et femmes de tous les genres, de toutes les diver­gences, de toutes les écoles, de toutes les sphères sociales et poli­tiques, affirme-​t-​elle en pré­am­bule, nous déci­dons aujourd’hui d’enterrer la hache de guerre et la géo­po­li­tique et de faire front dans un seul objec­tif : la vie et la liber­té pour les Afghanes, l’ouverture de nos fron­tières et l’accueil incon­di­tion­nel de nos sœurs et de leurs familles. » Un pied de nez aux contemp­teurs du mou­ve­ment fémi­niste qui adorent pen­ser que les mili­tantes uni­ver­sa­listes et inter­sec­tion­nelles sont inca­pables de s’entendre.

Grâce à leurs contacts, les deux amies par­viennent à faire signer leur plai­doyer à l’autrice Virgine Despentes, qui entraîne avec elle d’autres per­son­na­li­tés publiques : la réa­li­sa­trice Agnès Jaoui, la jour­na­liste Giulia Foïs, l’essayiste Paul B. Preciado… Toutes et tous sont convaincu·es de l’importance de se battre pour l’ensemble des femmes afghanes qui sou­haitent fuir les tali­bans et d’inclure leurs familles. De quoi faire bon­dir une opi­nion qui se droi­tise de plus en plus. Nadia Meziane assure à Causette rece­voir sur les réseaux sociaux des mes­sages d’insultes de la part de mili­tants d’extrême droite (le fameux « islamo-​gauchisme », elle qui ins­crit son fémi­nisme dans l’universalisme), mais reste droite dans ses bottes. « De quel droit pourrait-​on faire le tri entre celles et ceux qui méritent l’asile face aux tali­bans et les autres ? » En paral­lèle, Urgence Afghanes s’est consti­tué un groupe d’échanges sur Facebook, dans lequel sont pla­ni­fiées les mani­fes­ta­tions de sou­tien au peuple afghan.

Des orga­ni­sa­tions fémi­nistes ont ain­si lan­cé un appel à mani­fes­ter en sou­tien aux Afghanes same­di 28 août à 14h30 devant le minis­tère des Affaires étran­gères à Paris. De son côté, Pourvoir fémi­niste orga­nise, le dimanche 5 sep­tembre, à la Cité fer­tile (Pantin, Seine–Saint-Denis) la jour­née mili­tante Les Enragé·es, au cours de laquelle seront invi­tées des femmes afghanes réfu­giées. Et tra­vaille actuel­le­ment avec la Fondation des femmes pour créer un pro­gramme d’accompagnement adap­té aux femmes qui sont en train de rejoindre nos fron­tières. Complémentaires, ces deux mou­ve­ments ne demandent qu’à être rejoints. Et devraient faire taire les cri­tiques de certain·es sur le pré­ten­du silence des fémi­nistes à l’égard des Afghanes.

Lire aus­si l Afghanistan : « On aban­donne les femmes et les filles aux mains meur­trières des tali­bans »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés