fbpx
2df4a00acd266812c282f74a7c963cb7
Capture d'écran de la performance de Corinne Masiero lors des César, le 12 mars sur Canal +.

Corinne Masiero : « Pourquoi quand un mec montre son zguègue, per­sonne ne dit rien et pour­quoi quand une meuf qui n’a pas 25 ans se met nue, ça dérange des élus ? »

Mise à jour lun­di 22 mars 2021 /​/​/​Le par­quet de Paris, via son pro­cu­reur Rémy Heitz, a annon­cé avoir clas­sé sans suite le signa­le­ment des par­le­men­taires. « Au regard de la démarche pour­sui­vie par l’intéressée, qui sou­hai­tait atti­rer l’attention du public sur les dif­fi­cul­tés actuelles ren­con­trées par les pro­fes­sion­nels du spec­tacle, une pour­suite serait inop­por­tune », a‑t-​il jus­ti­fié. Et de pré­ci­ser que la pour­suite serait « vouée de sur­croît à l’échec au regard de la juris­pru­dence récente de la Cour de cas­sa­tion », qui avait cas­sé en 2020 la condam­na­tion pour exhi­bi­tion sexuelle d'une Femen.
De son côté, le dépu­té Julien Aubert a lais­sé explo­ser sa colère sur Twitter. « La Justice sait être d’une célé­ri­té redou­table quand elle le veut. On retien­dra qu’on peut faire n’importe quoi à heure de grande écoute et pri­va­ti­ser un canal à par­tir du moment où c’est pour la « cause ». Masiero est nue, la loi aus­si ! » Peuchère.

Mardi 16 mars, neuf élu·es LR et membres du mou­ve­ment Osez la France ont adres­sé un signa­le­ment au pro­cu­reur de la République de Paris pour dénon­cer des faits « d'exhibition sexuelle » après la mise à nue de Corinne Masiero lors de la céré­mo­nie des César le 12 mars. Une attaque sexiste qui fait « à la fois rire et pleu­rer de honte pour eux » l'actrice.

Julien Aubert, dépu­té LR du Vaucluse a mobi­li­sé, le 16 mars, une poi­gnée d'élu·e dans une néo-​croisade. Signaler au pro­cu­reur de la République de Paris la per­for­mance poli­tique de l'actrice Corinne Masiero, qui s'est mise à nue lors de la soi­rée des César dif­fu­sée sur Canal + après avoir enle­vé une peau d'âne et une robe ensan­glan­tée comme Carrie (dénon­çant ain­si tout à la fois les récentes affaires d'inceste, le tabou des règles, le har­cè­le­ment) pour dénon­cer la fer­me­ture des théâtres et des ciné­mas, situa­tion qui plonge le monde de la culture dans une grave crise éco­no­mique. Ont co-​signé ce signa­le­ment Jacques Myard, dépu­té hono­raire des Yvelines que l'on connait pour ses prises de posi­tion anti-​avortement ou encore Valérie Boyer, média­tique séna­trice conser­va­trice des Bouches-​du-​Rhône – d'ailleurs, le docu­ment pré­fère par­ler de « séna­teur » à pro­pos de cette der­nière, ves­tige d'une France qui s'arc-boute contre la fémi­ni­sa­tion des noms de métier.

Le cour­rier que le dépu­té Aubert s'est empres­sé de dif­fu­ser sur Twitter rap­pelle à toutes fins utiles la loi au pro­cu­reur, c'est-à-dire que le délit d'exhibition sexuelle est puni d'un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende. Le dépu­té, qui a son propre mou­ve­ment poli­tique, Osez la France (dont les mots d'ordre sont sou­ve­rai­ne­té, gaul­lisme, répu­blique), tente aus­si de démon­trer que le geste poli­tique de Corinne Masiero consti­tue un outrage aux bonnes moeurs puisque, quand bien même Canal + a long­temps dif­fu­sé du por­no, la chaîne « enle­vait le haut et le bas à des horaires beau­coup plus tar­difs et sur­tout cryp­tés… » Voici ce que Corinne Masiero a à répondre à cette ini­tia­tive poli­tique.

Causette : Quelle a été votre réac­tion quand vous avez appris que ces neuf par­le­men­taires avaient signa­lé votre per­for­mance à la jus­tice ?
Corinne Masiero :
Je ris en même temps que je pleure de honte pour eux de voir que se faire gar­diens d’une morale moye­na­geuse, c'est le seul moyen qu'ils ont trou­vé pour exis­ter média­ti­que­ment, alors que des élec­tions légis­la­tives se tien­dront en 2022. D’ailleurs, je serais curieuse de savoir : qu’est ce que ça a don­né, quand ils ont por­té plainte contre le cama­rade comé­dien qui avait fait la même chose aux Molières en 2015 ? (rires)

Personne n'a jugé bon de por­ter plainte lorsque, cette année-​là, l'auteur et comé­dien Sébastien Thiery, s'est plan­té nu comme un ver sur la scène des Molières devant la ministre de la culture de l'époque Fleur Pellerin pour dénon­cer la pré­ca­ri­té des auteur·trices vis-​à-​vis de l'assurance chô­mage.
C.M. :
Ah, ils ne l’ont pas fait ! Il fau­drait leur deman­der de le faire parce que c’est quand même scan­da­leux, de se mettre tout nu comme ça ! C'est vrai qu'on ne voit jamais de gens à poil à la télé­vi­sion, sur­tout pas sur Canal. Au ciné­ma non plus, ni au théâtre, c’est un milieu très prude. Moi-​même j’ai déjà joué nue dans des pièces, c’est vrai que je suis la seule au monde à faire ça. Et je com­prends qu’ils soient hor­ri­fiés de voir le corps abso­lu­ment déca­ti d’une femme de plus de 25 ans, avec les fesses qui tombent, les seins pas tout à fait symé­triques, des poils. Mea culpa, je ne suis pas épi­lée, ni des jambes, ni des ais­selles, ni du pubis. Désolée d’être une femme de 57 nue et laide.

C'est exac­te­ment la vio­lence des mots de Stéphane Tapie, fils de, qui s'est per­mis de don­ner son avis sur votre per­for­mance chez Cyril Hanouna et a expli­qué qu'en ce qui le concerne, il ne goû­tait pas de voir « un lai­de­ron » nu à l'écran. Vous attendiez-​vous à de telles réac­tions ?
C.M. :
Je ne sais pas qui est ce Monsieur, je connais un autre Tapie, mais il a eu des pro­blèmes avec le Crédit lyon­nais. Mais il fau­drait être conne pour ne pas s’attendre à de telles réac­tions vu la socié­té ultra patriar­cale dans laquelle nous vivons encore. On est encore en plein dedans, la preuve c’est qu’il y a encore des gon­zesses qui sont défor­mées du bulbe rachi­dien par ces dis­cours [Deux des signa­taires du signa­le­ment au pro­cu­reur de la République sur neuf sont des femmes, ndlr].
Pour tout vous dire, je pen­sais en fait que ça allait être pire. Qu'on allait me cou­per le micro, ou m'enjoindre à quit­ter la scène. Ma sur­prise, elle vient plu­tôt du fait que j'ai été inon­dée d'amour et de remer­cie­ments de toute part, du monde du spec­tacle mais pas que. On m'a dit : « Ton cul à l'écran, ça inter­pelle bien plus que tous les théâtres que nous occu­pons. » On m'a écrit depuis le Brésil, la Corée du Sud ou le Canada pour me dire que c'était vache­ment bien, d'avoir fait ce coup pour faire entendre notre détresse. Car par­tout dans le monde, la culture est à l'arrêt à cause de la crise sani­taire, les gens souffrent, et c'est ce que je vou­lais faire entendre.

Le pro­blème, c’est que vu les cris­pa­tions sur la forme, votre nudi­té, le fond du mes­sage est pas­sé à la trappe. En tout cas pour les des­ti­na­taires : le gou­ver­ne­ment.
C.M. :
Je ne suis pas du tout d'accord. Ils l’ont reçu en pleine gueule, mon mes­sage, le reste n’est que com­mu­ni­ca­tion. Mais ils ne vont pas dire « oh bah oui, c’est vrai, on est des méchants, on ne fait rien pour la culture. » Ce ne sont pas des gens qui prennent des déci­sions pour le bien du peuple.

En por­tant votre mes­sage pour la réou­ver­ture des lieux cultu­rels, vous avez mis en lumière le fait que l'irruption du nu fémi­nin non sexua­li­sé, uti­li­sé comme un outil poli­tique, dérange tout un pan de notre socié­té. On peut dire que vous avez fait d'une pierre deux coups ?
C.M. :
Oui, ces réac­tions démontrent qu'on ne se dépar­tit tou­jours pas du male gaze ! Une femme qui se montre nue sans sexua­li­ser son corps dérange encore. Pour tout vous dire, je ne savais même pas qu'un comé­dien avait fait à peu près la même chose en 2015, je l'ai appris ce matin. Mais parce qu'il s'agissait d'un homme, c'était pas­sé qua­si inaper­çu. Pourquoi quand c’est un mec qui montre son cul et son zguègue ça ne dérange pas, per­sonne ne dit rien, et pour­quoi quand c’est une meuf qui n’a pas 25 ans ça dérange des élus ? Bon, il faut noter que j’ai aus­si reçu le sou­tien de pas mal d’élus.

Ce corps nu qui véhi­cule des mes­sages, en l'occurrence « No culture, no future » et « Rend l'art, Jean », c'est une réfé­rence aux Femen ?
C.M. :
Evidemment. La pre­mière réfé­rence, c'est au mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion des pro­fes­sion­nels de la culture belges « No culture, no future ». Mon copain Quentin Chaveriat a même reçu un PV Covid en octobre quand il est sor­ti dans la rue torse nu avec cette ins­crip­tion sur son corps. J’ai trou­vé ça vrai­ment pas mal.
Puis, oui, les Femen, que j’admire énor­mé­ment. Je n’ai pas d’abdo comme vous l’avez remar­qué donc je ne peux pas suivre leur for­ma­tion (rires) donc c'est ma façon de leur dire que je suis avec elles.
Enfin, me foutre à poil pour dénon­cer des trucs je l’ai déjà fait notam­ment quand on avait été occu­per la DRAC de Lille. C'est un clin d'oeil aux cama­rades inter­mit­tents qui étaient par­tis le matin même occu­per le théâtre du Nord.
L'idée que j'avais pour les César, c'est de mon­trer qu’on est vrai­ment à poil. Avec les habilleuses-​costumières qui m'ont aidée à me pré­pa­rer, on a conve­nu que n'enlever que le haut comme les Femen, ça ferait pour le coup petite joueuse et ce serait leur man­quer de res­pect. Donc on a déci­dé de le faire à fond. Enfin, j'ai vou­lu jouer à fond le cli­ché de la ch'ti pas très let­trée – j'ai d'ailleurs for­cé mon accent quand j'ai pris la parole – avec cette faute d'orthographe sur le « rend l'art » en n'écrivant pas le S, mais le pro­blème c'est que ça, pas grand monde ne l'a com­pris (rires).

Ça vous inquiète, qu’il puisse y avoir réel­le­ment une suite judi­ciaire à ce signa­le­ment ?
C.M. :
Une copine m'a rap­pe­lé à juste titre qu'une Femen avait déjà été condam­née pour exhi­bi­tion [L'arrêt a été fina­le­ment cas­sé par la cour de Cassation en mars 2020, ndlr], je vais donc me ren­sei­gner autour de moi pour voir si je fais appel à un avo­cat. En atten­dant, on conti­nue d’occuper les théâtres, dans l’inter-lutte tou­jours avec les gilets jaunes et les étu­diants qui sont en train de cre­ver, les ensei­gnants et les soi­gnants. On fait en sorte que ça bouge parce que le vieux monde dont font par­tie ces dépu­tés, on en veut plus. Donc has­ta la vic­to­ria y la vul­va siempre !

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés