img 6325rhd a
© Jule Trannoy

Olivia Merilahti : « Cher jour­nal, ici tout est chaos… »

Olivia Merilahti, la cha­ris­ma­tique chan­teuse du groupe The Dø, revient en solo sous le nom de Prudence, avec un EP à paraître le 6 novembre. L’occasion de la sou­mettre à notre petit questionnaire

Causette : Les livres mar­quants de la « biblio­thèque » de vos parents ?Olivia Merilahti : Paroles, de Jacques Prévert, un recueil de poèmes sur les­quels j’inventais des chan­sons. Le Pays qui n’est pas, d’Edith Södergran, de la poé­sie fin­lan­daise qui a façon­né mon ima­gi­naire. Il y avait aus­si les Moomins, de Tove Jansson.

Les lieux de votre enfance ?
O. M. : Le trio forêt-​lac-​chalet en Finlande.

Avec qui aimeriez-​vous entre­te­nir une longue cor­res­pon­dance ?
O. M. : Kate Bush, pour com­prendre com­ment elle a su tout com­bi­ner en gar­dant sa can­deur et sa san­té mentale. 

Que faites-​vous dans vos périodes de dépres­sion ?
O. M. : Je fais la chan­delle pour ren­ver­ser la vapeur, je regarde Peppa Pig avec ma fille. 

Que faites-​vous dans vos périodes d’excitation ?
O. M. : Je danse avec ma fille sur des chan­sons d’Abba, France Gall, Le Tigre…

Votre remède contre la folie ?
O. M. : Le beurre de cacahuète.

Vous créez votre mai­son d’édition. Qui publiez-​vous ?
O. M. : Les Mémoires de ma grand-​mère fin­lan­daise de 92 ans, tou­jours active et auto­nome, un modèle d’indé­pendance pour moi. 

Vous tenez salon. Qui invitez-​vous ?
O. M. : Suzanne Ciani, Christiane Taubira, Greta Thunberg, Yayoi Kusama. 

Le secret d’un couple qui fonc­tionne ?
O. M. : L’humour, mais pas que. 

Si vous aviez une seule ques­tion à poser à Freud ?
O. M. : De quoi rêve-​t-​on pen­dant une pan­dé­mie mondiale ?

LA chose indis­pen­sable à votre liber­té ?
O. M. : Une bonne paire de snea­kers.

Le deuil dont vous ne vous remet­trez jamais ?
O. M. : La mort de Brad Pitt dans Burn After Reading.

Que trouve-​t-​on de par­ti­cu­lier dans votre « chambre à vous » ?
O. M. : Une affiche de Phantom of the Paradise, un livre de pho­tos d’Helmut Newton, une machine à fumée.

À quoi reconnaît-​on un ami ?
O. M. : Celui qui dit la véri­té sans bles­ser (« Say what you mean but don’t say it mean »)

Quel est le comble du sno­bisme ?
O. M. : Être aller­gique au caviar.

Qu’est-ce qui occupe vos pen­sées « nuit et jour » ?
O. M. : L’envie d’ailleurs. 

Vous démar­rez un jour­nal intime. Quelle en est la pre­mière phrase ?
O. M. : « Cher jour­nal, ici tout est chaos… »

Partager
Articles liés
Resized IMG 08691

Melissmell, chan­son innervée

La chanteuse à la voix rauque et au verbe haut revient le 22 avril avec un quatrième album, Les Enfants de Maldonne. Colérique, contestaire et vivifiant, comme une pulsation électrique dans les veines.

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.