Les Goguettes (en trio mais à quatre) : confi­nées, révélées

En plein confi­ne­ment, en avril, T’as vou­lu voir le salon, sur l’air de Vesoul, de Jacques Brel, a comp­ta­bi­li­sé en quelques jours près de 4 mil­lions de vues sur Internet. Cette paro­die drôle et poli­tique est l’œuvre d’un groupe jusque-​là peu connu du grand public : Les Goguettes (en trio mais à quatre). Retour sur un incroyable phé­no­mène en com­pa­gnie de deux membres du qua­tuor, Clémence et Valentin.

© David Desreumaux
© David Desreumaux

21 avril 2020. Depuis un mois déjà, les vidéos virales tournent à fond sur nos fils de dis­cus­sion et autres réseaux sociaux. Mais alors qu’on com­men­çait à se las­ser de ces paro­dies en tout genre et plus ou moins dro­la­tiques débarque cette reprise « confil­mée » du fameux Vesoul de Brel, qui fait mouche. Tournée entre la chambre et le salon. Allez, on se repasse un petit extrait : « T’as vou­lu voir Macron, et on a vu Macron. Maintenant tout est plus clair, on sait ce qu’il faut faire. Pour pas se conta­mi­ner, il faut se confi­ner. Mais pour se décon­fi­ner, faut être immu­ni­sé. Pour être immu­ni­sé, faut se faire conta­mi­ner. Pour se faire conta­mi­ner, il faut se décon­fi­ner. CQFD. » C’est Valentin Vander, accom­pa­gné par Clémence Monnier au pia­no, qui a écrit ces paroles bien sen­ties et qui les inter­prète : « J’ai trou­vé ça drôle de rem­pla­cer Vierzon par salon, Vesoul par ma chambre. C’est un peu le seul voyage que l’on pou­vait s’offrir en temps de confi­ne­ment. Dans la chan­son ori­gi­nale, il y a une espèce de folie qui monte au fur et à mesure et cela cor­res­pon­dait à notre état d’impuissance, on était tous un peu hébé­tés face à cette situa­tion poli­tique absurde. Les gens ont été tou­chés et concer­nés par cer­tains cou­plets et ils ont eu envie de la par­ta­ger. Il y a eu un effet “exu­toire par le rire”. » 

Quels sont les thèmes abor­dés dans ce fameux Vesoul 2.0 ? Le manque anxio­gène de masques : « T’as vou­lu mettre un masque. Eh ben, y avait pas de masque. Mais je peux t’en faire un à base de Sopalin » ; les « insup­por­tables » attes­ta­tions de dépla­ce­ment déro­ga­toire : « J’ai vou­lu faire un truc de ouf, aller ache­ter de la bouffe. Mais juste au coin de la rue, un flic m’est tom­bé des­sus, j’avais pas mar­qué l’heure sur mon attes­ta­tion. Jamais une motte de beurre n’a coû­té tant de pognon. Inflation ! » ; ou encore la soli­da­ri­té pour les soignant·es seul·es au front : « À 20 heures, il faut se mettre à gueu­ler à la[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
Rodrigo Cuevas 10 x @lacostastudio

Rodrigo Cuevas : L’hidalgo queer

Depuis son petit village de montagne, l’Espagnol insuffle un vent d’insolence et de burlesque au répertoire musical traditionnel de sa région. Rencontre avec le plus folklorique des défenseurs de la cause LGBTQI.