black framed Ray-Ban Wayfarer sunglasses on top of book
© Link Hoang

Notre sélec­tion de livres pour cet été

Vous par­tez en vacances et vous n’avez pas de livre à lire dans le train ou sur le sable chaud de la plage ? Pas de panique, Causette est là ! Voici une sélec­tion de quatre livres à dévo­rer cet été.

BD photo
© DR
Comment je me suis radi­ca­li­sée en fémi­na­zie, d’Isa – Éditions Fluide glacial

La cari­ca­ture, la bédéaste Isa connaît bien. Dès 1997, avec la série Puddingham Palace et sa reine Closeth II, publiée dans Spirou, c’est d’abord la famille royale bri­tan­nique qui passe à la mou­li­nette de son crayon aus­si absurde que moqueur. Puis vien­dront, dans L’Écho des savanes et Fluide gla­cial, Kärchou, le chi­hua­hua poli­cier de Leneuilly-​Vallois (toute res­sem­blance avec le ministre de l’Intérieur de l’époque – 2005 – était bien sûr for­tuite), le fantôme de Cousteau ou une paro­die de Laurence Parisot. Avec Comment je me suis radi­ca­li­sée en fémi­na­zie, Isa s’attaque… à elle- même. « Je me des­sine avec un gros nez, ça détourne l’attention sur tout le reste et ça donne au per­son­nage une cer­taine bon­ho­mie », nous raconte-​t- elle. Ses déboires d’autrice, le machisme ordi­naire, la famille par­fois enva­his­sante (le déso­pi­lant mom gaze) : Isa croque son quo­ti­dien avec auto­dé­ri­sion, épau­lée au scé­na­rio par Gaudelette. « Des fois, il essaie de me mans­plai­ner, mais je ne me laisse pas faire, je le woman­ter­rupt aus­si­tôt… ou alors mon télé­phone n’a plus de bat­te­rie. » Et quid de se reven­di­quer « fémi­na­zie » ? « Ça m’amuse, car je trouve ça vrai­ment débile comme terme, ça ne tra­duit aucune réa­li­té. Donc[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés
kinga howard s4aOPAJ4v0E unsplash

Dark romance : les fémi­nistes en lisent aussi

“Culture du viol”, “femme sou­mise”… Les lec­trices fémi­nistes de dark romance sont tiraillées entre les valeurs qu’elles portent et le plai­sir – par­fois cou­pable – qu’elles prennent à leurs lectures. “Si je reste une minute de plus...