fbpx

"Mère Lachaise", le livre qui met en lumière les femmes his­to­riques enter­rées au cime­tière parisien

La jour­na­liste Camille Paix com­pile cent por­traits illus­trés de femmes, qui ont mar­qué l'histoire mais ont été pour beau­coup oubliées, enter­rées au Père Lachaise. Une œuvre qui déterre le matri­moine funé­raire français. 

Mère Lachaise COUV
©Mère Lachaise

Qu'ont en com­mun Marie Taglioni, Juliette Dodu, Gisèle Halimi, Germaine Dulac et Patachou ? Si ce n’est d’avoir cha­cune à leur manière mar­qué leur époque, elles reposent toutes cinq au cime­tière du Père-​Lachaise (20e arr). Le plus grand de Paris. La réponse à la ques­tion n’était pas aisée, on vous l’accorde, puisque le Père-​Lachaise doit sur­tout sa popu­la­ri­té aux hommes célèbres qui y sont enter­rés. En témoigne la page d’accueil du site offi­ciel citant Chopin, Rossini, Morrison, Jean de la Fontaine, Molière, Bashung, Balzac, Proust et Oscar Wilde. Seulement deux femmes – Édith Piaf et Colette – y sont mentionnées.

Et pour­tant. Dans les allées où se mêlent vieilles pierres tom­bales recou­vertes de mousse, herbes folles et arbres cen­te­naires, nom­breuses sont les écri­vaines, peintres, comé­diennes, chan­teuses, dan­seuses, cinéastes, espionnes, acro­bates, mathé­ma­ti­ciennes, résis­tantes ou encore mili­tantes fémi­nistes à avoir pour der­nière demeure le cime­tière de l’est pari­sien. Pour (re)mettre en lumière[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Fouque Marin c Safia Bahmed Schwartz

La sélec­tion d'octobre 2019

On vous conseille les oeuvres de Marin Fouqué, Nadia Terranova, Justine Bo, Toni Morrison, Lidia Jorge, Olivier Truc, Ann Jefferson et David Dufresne.

capture decran 2020 09 24 a 17.36.40

Les 20 plumes fémi­nines : Julia Kerninon

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...