fbpx
Salammbo
Salammbô par Gaston Bussière (1910), Musée des Ursulines, Mâcon. Wikipédia,

Les jeux éro­tiques de Salammbô et de son python fétiche

Causette est asso­ciée au site The Conversation, qui regroupe des articles de chercheur·euses de dif­fé­rentes uni­ver­si­tés et per­met à des médias de repu­blier les textes. Nous vous pro­po­sons ci-​après un article du pro­fes­seur d'histoire ancienne Christian-​Georges Schwentzel sur Salammbô de Flaubert, chef d'œuvre de l'orientalisme : à cette époque, pour par­ler de plai­sir fémi­nin, mieux vaut choi­sir une héroïne issue de contrées loin­taines…

Par Christian-​Georges Schwentzel, Université de Lorraine

Le célèbre roman de Flaubert, Salammbô, publié en 1862, mêle his­toire ancienne et fan­tasmes. L’auteur, qui avait d’abord pen­ché pour un conte égyp­tien, qui se serait inti­tu­lé Anubis (du nom d’une ancienne divi­ni­té pha­rao­nique), n’a pas choi­si la faci­li­té. De l’antique Carthage, où il situe son intrigue, ne sub­sistent ni pyra­mides, ni grand sphinx, ni momies… L’archéologie car­tha­gi­noise, au milieu du XIXe siècle, n’en était qu’à ses débuts. Salammbô n’en connut pas moins un énorme suc­cès que retrace l’exposition « Fureur ! Passion ! Éléphants ! », à l’occasion du bicen­te­naire de la nais­sance de Gustave Flaubert.

C’est une expo­si­tion iti­né­rante, consti­tuée autour de la figure de Salammbô, qui sera suc­ces­si­ve­ment pré­sen­tée au Musée des Beaux-​Arts de Rouen (à par­tir du 20 mai 2021), au Mucem à Marseille (fin 2021-​début 2022), puis au Musée du Bardo à Tunis (du prin­temps à la fin de l’été 2022).

Trois étapes d’une chaîne qui sui­vra à peu près le périple que Flaubert lui-​même accom­plit en 1858, lorsqu’il se ren­dit en Afrique du Nord, en quête d’informations et de sen­sa­tions, mais aus­si de rêve­ries et de fan­tasmes, qui devaient nour­rir son pro­jet lit­té­raire.

L’Orient pré­cieux et cruel

Le roman déborde d’or, de pierres pré­cieuses et de tis­sus splen­dides. L’accumulation de termes rares et la débauche des­crip­tive y créent un exo­tisme mys­té­rieux et envoû­tant. Cet Ailleurs est aus­si un lieu d’expression de la cruau­té. Raffinement extrême et bar­ba­rie san­glante sont les deux pôles que Flaubert se plaît à réunir.

Il com­pose des scènes ter­ribles, source de jubi­la­tion trouble. Des lions cru­ci­fiés, des hommes[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2020 09 25 à 15.17.59

Les 20 plumes fémi­nines : Francesca Serra

Cette année encore, on risque de se faire assom­mer par la vague des sor­ties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte ren­trée lit­té­raire. Et pour affron­ter l’autre deuxième vague – au cas où on nous recon­fi­ne­rait –, mieux vaut...

Capture d’écran 2021 03 01 à 16.33.12

Ce qu'il reste de Marguerite Duras au XXIè siècle

Biographe et critique de cinéma, Jean Vallier a entretenu des relations amicales et professionnelles avec l’écrivaine pendant une vingtaine d’années et lui a consacré une biographie monumentale. Pour Causette, il explore ce qu’elle nous a légué une...