La sélection de janvier 2020

irma pelatan09webcreditsphoto hesseromier A

L’Odeur de chlore, d’Irma Pelatan

Attribué chaque année à un livre issu de maisons ­d’édition indépendantes, le prix Hors Concours récompense toujours des ouvrages surprenants. Hors des sentiers battus. Cette fois encore, avec L’Odeur de chlore, il couronne un ovni littéraire. 
C’est un livre mince, moins de cent pages, troublant et juste comme un haïku. Difficile à définir. Irma Pelatan précise que son court récit est la « chronique d’un corps qui fait des longueurs ». Elle y raconte quatorze années de natation intense, dans l’extraordinaire piscine de Firminy-​Vert, dans la Loire, conçue par Le Corbusier. Durant ces années, la narratrice quitte l’état de petite fille pour devenir une femme. Au fil des longueurs de bassin, au creux de la solitude de l’effort, le dialogue intérieur est permanent et la jeune fille va devoir affronter un souvenir douloureux, volontairement oublié, qui remonte à la surface.
On plonge avec délice dans ce récit intime au style inimitable. « J’ai cherché à traduire la langue du corps, précise Irma Pelatan, une langue qui est toute eau et rythme. Délaissant la fiction, j’ai laissé le réel me submerger jusqu’à rendre visible l’invisible, jusqu’à donner une place à l’inaudible. » I. M.

L’Odeur de chlore, d’Irma Pelatan. Éd. La Contre Allée, 98 pages, 13 euros.

Laissez-​nous la nuit, de Pauline Clavière

Ça commence au grand air : les premiers rayons de soleil au printemps, deux merles qui se font la cour en haut du vieux cèdre. Au bout de quelques pages, tout rétrécit : celui qui goûtait le spectacle, Maxime Nedelec, quinqua et imprimeur en faillite, est arrêté chez lui. Jugement, prison, neuf[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
114 Aude Lancelin la fièvre © Editions Les Liens qui libèrent

Les 20 plumes féminines : Aude Lancelin

Cette année encore, on risque de se faire assommer par la vague des sorties de livres à l’occasion de la sacro-​sainte rentrée littéraire. Et pour affronter l’autre deuxième vague – au cas où on nous reconfinerait –, mieux vaut s’armer de...