fbpx
0 31275 0

Il y a 100 ans, elles inventent le Female Gaze et la flui­di­té de genre

Le musée du Luxembourg conti­nue de creu­ser le sillon de la redé­cou­verte des artistes femmes. Après l’éclairante expo Peintres 1780 – 1830, voi­ci Pionnières. Artistes dans le Paris des années folles. Œuvres à (re)découvrir, astu­cieuses mises en pers­pec­tives … un régal ! 

Cent ans avant qu’on le nomme, elles ont inven­té le « Female Gaze ». Ces créa­trices, regrou­pées dans la sti­mu­lante expo­si­tion Pionnières, artistes dans le Paris des années folles, nous pro­posent, c’est cer­tain, une vision spé­ci­fique du monde, des arts et de la créa­tion. N’ayons pas peur de le dire : ça saute aux yeux. Il se dégage de cette expo­si­tion – tableaux, pho­tos, sculp­tures et autres créations- par la grâce de ce regard réso­lu­ment fémi­nin, une éner­gie puis­sante et radieuse. Ici se répondent les tra­vaux et expé­ri­men­ta­tions de 45 artistes femmes, qui dans ces années 20 furent plus libres qu’il ne l’avait jamais été per­mis, de créer et de s’exprimer.

Valandon
Suzanne Valadon, Jeune femme aux bas blancs, 1924
Nancy, Musée des Beaux-​Arts
© musée des Beaux-​Arts, Nancy /​pho­to G. Mangin

Le Paris de l’époque est un phare de la moder­ni­té. Ça four­mille d’ateliers et de théâtres, de spec­tacles, de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
IAM 00105785 A

Portfolio : Rodéo gypsy

La photographe polonaise Tori Ferenc, installée à Londres, s’est toujours intéressée aux groupes marginalisés et aux individus singuliers. Elle a ainsi photographié des réfugié·es kurdes en France ou des juif·ves orthodoxes dans le nord de Londres...