Hypersexualisation des mineur·es : la gan­grène des man­gas ?

La sexua­li­sa­tion des mineur·es est pré­sente dans bien des domaines et celui du man­ga n’y fait pas excep­tion. Alors que ce mar­ché ne cesse de croître en France, il est légi­time de s’interroger sur cer­taines images et scé­na­rios qui fâchent.

Dance in the vampire bund T1 9
Dance in the Vampire Bund, tome 1

Ici, une reine vam­pire dans le corps d’une enfant com­bat­tant des enne­mis en string. Ou bien une gamine com­plè­te­ment nue, atta­chée et pen­due par une corde. Là, une lycéenne se pros­ti­tuant, en plein milieu d’une fel­la­tion. Ces scènes sont toutes issues de man­gas publiés en France, venus majo­ri­tai­re­ment du Japon où la légis­la­tion et le rap­port à la sexua­li­té et la nudi­té sont très dif­fé­rents. Là-​bas, la pédo­por­no­gra­phie des­si­née n’est pas inter­dite.

En décembre der­nier, la mai­son d’édition Noevegrafx annonce la sor­tie de son nou­veau titre, Tsugumomo. Dans la ver­sion ori­gi­nale japo­naise, des scènes pédo­por­no­gra­phiques entre adultes et enfants. Alors que la twit­to­sphère s’indigne, Causette contacte l’éditeur. Il assure n’avoir jamais envi­sa­gé de publier ce conte­nu en l’état. Avant d’annoncer : « En rai­son de la polé­mique sus­ci­tée par l’annonce de ce titre, cette licence n’est plus d’actualité dans notre cata­logue. »

Sur la por­no­gra­phie met­tant en scène des mineur·es, la loi fran­çaise est claire. Diffuser ou pos­sé­der l’image, même des­si­née, d’un·e mineur·e dans une situa­tion por­no­gra­phique est illé­gal. La peine encou­rue est de cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. Le terme « pédo­por­no­gra­phie », spé­ci­fique aux enfants pré­pu­bères, n’est pas men­tion­né dans la loi, qui concerne tous et toutes les mineur·es. En 2007, pour la pre­mière et seule fois en France, une condam­na­tion pour pédo­por­no­gra­phie a[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
HS5 LaurenceFavory

La sexua­li­té fémi­nine hors du cadre

De fresques en tableaux, les femmes ont évolué pendant des siècles dans la psyché des peintres, séductrices ou soumises. Leur plaisir n’a pas beaucoup inspiré les artistes. Ce n’est que récemment qu’il s’est invité sur les toiles.