fbpx
perdrix3
Perdrix, d'Erwan Leduc. © Shellac

La sélec­tion de juillet-​août 2019

Perdrix, d'Erwan Leduc

Rien de plus exci­tant que de décou­vrir un pre­mier film bar­ré, lumi­neux, « mélan­co­mique » et joli­ment maî­tri­sé. Surtout quand il est por­té par un tan­dem savou­reux, à nul autre pareil (Swann Arlaud et Maud Wyler). Bien sûr, on pour­ra tou­jours rap­pro­cher l’univers sin­gu­lier d’Erwan Leduc de celui de Quentin Dupieux (pour l’humour absurde) ou de Wes Anderson (pour la pré­ci­sion gra­phique des images et du cadre). Tant mieux ! Et si l’heureux réa­li­sa­teur de Perdrix sla­lome avec autant d’aisance entre ces aimables réfé­rences, c’est qu’il est lui-​même, à sa façon, un cham­pion du hors-​piste. 
Jugez plu­tôt : cet ancien jour­na­liste spor­tif entre­prend tout sim­ple­ment, ici, de revi­si­ter la comé­die roman­tique. Genre on ne peut plus popu­laire, donc casse-​gueule a prio­ri. Sauf que cet auteur délié pos­sède deux atouts dans sa musette. D’une part, il injecte à son récit mil­li­mé­tré une bonne dose de fan­tai­sie poético-​burlesque. Jamais conve­nue. Et, d’autre part, il a la bonne idée de s’appuyer sur des per­son­nages extrê­me­ment bien des­si­nés. Façon BD. Et ça marche ! La ren­contre – évi­dem­ment impro­bable – entre son gen­darme vos­gien neu­ras­thé­nique et sa rousse héroïne incon­trô­lable intrigue, amuse, remue. De bout en bout. D’autant que les deux tour­te­reaux sont accom­pa­gnés d’une pléiade de comédien·nes jubi­la­toires (Fanny Ardant et Nicolas Maury, en tête). Bref, on fonce tout schuss avec eux ! 

Perdrix, d’Erwan Leduc. Sortie le 14 août

Rêves de jeu­nesse, d'Alain Raoust

Salomé vient de quit­ter sa coloc étu­diante, en ville, pour tra­vailler dans la déchet­te­rie du vil­lage de son enfance, dans les Alpes. C’est l’été. Sec. Brûlant. L’occasion pour la jeune femme flot­tante, un brin per­due dans ce cadre inso­lite, de faire de drôles de ren­contres. Et, peut-​être, d’entamer une nou­velle vie, à la fois mar­gi­nale et col­lec­tive. Oscillant entre wes­tern et uto­pie, le troi­sième long métrage d’Alain Raoust a bien du charme en dépit de quelques lour­deurs (le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
113 cinema madre le pacte

En salles : « Madre », noir­ceur lumi­neuse

Il est des films brillants et puis il est des films comètes. Madre appar­tient à la deuxième caté­go­rie. Tels ces corps célestes, impré­vi­sibles et ful­gu­rants, il est à la fois consti­tué d’un noyau sombre et d’un halo éblouis­sant.  Jugez...

a3f6290 336 raw 143rdd image presse 04 rvb a

La sélec­tion ciné de la semaine

143 rue du Désert, de Hassen Ferhani, Douce France, de Geoffrey Couanon et Médecin de nuit d'Elie Wajeman. 143 rue du Désert, la reine des sables Elle est de ces femmes qui inti­mident, réjouissent et enchantent tout à la fois. Malika n’est...