fbpx
fg
Florent Gouëlou (©Pyramide Films)

Avec "Trois nuits par semaine", Florent Gouëlou se révèle un cinéaste doué et singulier

Réalisateur, comé­dien, drag-​queen… Le jeune cinéaste fran­çais Florent Gouëlou mul­ti­plie les cas­quettes. Avec son pre­mier long-​métrage Trois nuits par semaine, il montre que l'on peut faire en France une comé­die roman­tique LGBT belle et grand public.

La drag-​queen Javel Habibi appa­raît aus­si vite qu'elle dis­pa­raît du film. Juste le temps de don­ner à Baptiste, le pro­ta­go­niste de Trois nuits par semaine, un encou­ra­ge­ment pour conti­nuer dans la voie de la pho­to­gra­phie. Un peu comme une bonne fée qui se mani­fes­te­rait sou­dai­ne­ment pour gui­der le per­son­nage. Florent Gouëlou, le réa­li­sa­teur, sou­rit der­rière le café qu'il boit, dans un petit éta­blis­se­ment de Montmartre, à Paris. C'est lui qui se cache der­rière cette drag-​queen, qu'il incarne éga­le­ment dans la vraie vie depuis 2016. 

« C'est peut-​être un truc psy­cha­na­ly­tique que je n'ai pas encore iden­ti­fié, s'interroge le tren­te­naire en rigo­lant. Mon alter ego drag vient encou­ra­ger le per­son­nage prin­ci­pal de mon pro­jet, qui est aus­si un peu mon double fic­tion­nel. Je suis un jeune réa­li­sa­teur qui filme des drag, Baptiste un jeune pho­to­graphe qui les prend en pho­to… Je vou­lais faire par­tie de la fête. Je me suis donc écrit une scène qui ne pour­rait pas être cou­pée, en rai­son de son impor­tance pour l'intrigue. Et voi­là com­ment Javel Habibi inter­vient dedans. »

Dans ce pre­mier effort ciné­ma­to­gra­phique, Florent Gouëlou porte à l'écran l'histoire de Baptiste (le comé­dien mon­tant Pablo Pauly), un homme hété­ro pas hyper épa­noui dans son tra­vail de mana­ger à la Fnac, ni dans sa rela­tion avec Samia (la tou­jours géniale Hafsia Herzi). Un soir, en pre­nant des pho­tos, sa véri­table pas­sion, il tombe amou­reux de la drag-​queen Cookie Cunty (Romain Eck, épa­tant dans son pre­mier grand rôle) mais aus­si, petit à petit, de l'homme qui l'incarne. Un big bang d'émotions jouées avec finesse et sub­ti­li­té par les deux acteurs, récem­ment nom­més par­mi les Révélations pour la pro­chaine édi­tion des César, et subli­mées par le jeu de lumière et la camé­ra du cinéaste parisien.

Le drag, « un affranchissement »

Trois nuits par semaine repré­sente l'aboutissement d'un cycle, com­men­cé six ans plus tôt, lors de la der­nière année de Florent Gouëlou à la Fémis, la célèbre école fran­çaise for­mant les réalisateur·trices et scé­na­ristes de demain. Pour son film de fin d'études, Un homme mon fils, un road-​movie émou­vant entre un fils et son papa, dont les per­son­nages sont incar­nés par lui et son vrai père, l'artiste crée la drag-​queen Javel Habibi. Il embauche éga­le­ment Romain Eck, ren­con­tré lors d'un show drag où l'avait emme­né le comé­dien Harald Marlot, avec qui il avait sym­pa­thi­sé sur le tour­nage de 120 Battements par minute de Robin Campillo.

Florent Gouëlou et Romain Eck évo­luent alors simul­ta­né­ment dans le monde du ciné­ma et du drag, s'entraidant dans l'un comme dans l'autre. Cookie Cunty offre à Javel Habibi ses pre­miers pas sur scène en tant que drag-​queen, lors de ses soi­rées au Street Art café, rue de Lappe (11e arron­dis­se­ment de Paris). Et Javel Habibi fait jouer Cookie Cunty dans ses pre­miers courts-​métrages puis longs-​métrages. « Je trouve notre col­la­bo­ra­tion belle. On a tous les deux gran­di sur le plan artis­tique ensemble. Maintenant, j'organise moi aus­si mes propres soi­rées drag, et cela m'arrive de boo­ker Cookie », com­mente le cinéaste.

5785138.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
(©Pyramide Distribution)

Le drag a été une véri­table décou­verte pour lui, repré­sen­tant « un affran­chis­se­ment » et lui per­met­tant de mieux accep­ter son homo­sexua­li­té, qu'il a assu­mée tard : « Découvrir cet art et sa com­mu­nau­té accueillante et bien­veillante repré­sente une récon­ci­lia­tion per­son­nelle, avant d'être un métier exi­geant. Ça m’a ren­du plus com­plet, auto­ri­sé à être plus vaste. Car je n’ai pas une double iden­ti­té, Florent et Javel sont les deux visages d’une même per­sonne. » Son nom de scène est d'ailleurs un hom­mage à ses ori­gines algé­riennes, « habi­bi » étant un mot arabe affec­tueux signi­fiant « mon amour » : « Je vou­lais que ce soit d’emblée un per­son­nage accueillant et dans la chaleur. »

À lire aus­si I Drag-​queens : reines et mar­raines de la nuit

Un film au plus proche de lui

S'il n'est pas arri­vé à Florent Gouëlou qu'un homme hété­ro tombe amou­reux de lui lorsqu'il incar­nait Javel Habibi, le jeune réa­li­sa­teur a tout de même mis beau­coup de son vécu dans ses per­son­nages. Comme le fait de coha­bi­ter avec un alter ego. Ou la sur­prise des gens en décou­vrant le per­for­mer qui se cache sous la drag-​queen, car « il existe tou­jours un écart lorsqu'on [le] voit en drag et dans le civil ». Il sou­hai­tait ain­si faire un long-​métrage per­son­nel, au plus proche de lui, met­tant en scène le monde drag et LGBT+. « Je ne suis pas par­ti dans l'idée de faire une comé­die roman­tique LGBT+ car on en man­quait. Mais comme j'appartiens à cette com­mu­nau­té, il n'y avait aucune rai­son de ne pas la mettre dedans. C'est ma vie, j'écris sur ma vie », explique-​t-​il.

Le cinéaste estime tout de même qu'il manque encore des repré­sen­ta­tions LGBT+ au ciné­ma, notam­ment de pre­miers et seconds rôles qui ne seraient pas for­cé­ment cen­trés sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre des per­son­nages : « On pour­rait avoir une fleu­riste les­bienne et voir sa copine, sans que ce soit le sujet du film. Il faut sor­tir de l’idée qu’on a notre place dans un objet audio­vi­suel que si elle est légi­ti­mée par une ligne nar­ra­tive. On existe, on a des vies quo­ti­diennes, des métiers... Il faut aller plus loin pour nor­ma­li­ser les his­toires d'amour avec des comé­dies LGBT+ s'adressant à tous. » Il a récem­ment été tou­ché, lors de la pré­sen­ta­tion de Trois nuits par semaine à Nice, qu'une jeune drag-​queen lui dise qu'elle allait emme­ner ses parents voir le film, pour leur mon­trer ce qu'elle fait vrai­ment dans la vie.

2983520.jpg r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
(©Pyramide Distribution)

En atten­dant une nomi­na­tion au César du meilleur pre­mier film, qu'on lui pré­dit et sou­haite, Florent Gouëlou planche déjà sur la suite, avec un long-​métrage sur le monde des soi­gnants, l'accompagnement médi­cal et la fin de vie. Il tra­vaille éga­le­ment pour le stu­dio de pod­casts Paradiso sur une fic­tion audio consa­crée aux années Sida outre-​Atlantique. Et si vous sou­hai­tez le décou­vrir sous les traits de Javel Habibi, la drag-​queen orga­nise une fois par mois une soi­rée à la Flèche d'Or. Rendez-​vous le 16 décembre pro­chain pour une édi­tion spé­ciale « road movies ».

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés