fbpx
WhatsApp Image 2021 10 06 at 10.23.18
Notre journaliste dans sa tentative de « Yugamae », 3e étape du tir. © D.K.

Testé pour vous : le Kyudo, tir à l’arc japo­nais

Causette vous pro­pose de décou­vrir le kyu­do, art mar­tial très ancien, mêlant sport et spi­ri­tua­li­té, à tra­vers le témoi­gnage de notre jour­na­liste qui s’est ren­due mer­cre­di 29 sep­tembre au Kyudojo natio­nal de Noisiel (Seine-​et-​Marne). Au pro­gramme, une ini­tia­tion avec Claude Luzet, grand maître du kyu­do fran­çais et Caroline et Mami, deux pra­ti­quantes régu­lières. 

"Je ne vais vous men­tir, lorsque j’ai appris que j’allais tes­ter le kyu­do, je m’imaginais déjà en Katniss Everdeen1 du kyu­do. Quelques recherches sur inter­net m’ont per­mis de revoir mes ambi­tions à la baisse. J’en ai conclu que j’allais tes­ter du tir à l’arc ver­sion zen mais je dou­tais de sa dimen­sion spor­tive. Une fois arri­vée sur place, j’ai eu l’impression d’avoir com­plè­te­ment quit­té Noisiel. C’est un kyu­do­jo dans les règles de l’art, construit sur le modèle de ceux qu’on peut voir au Japon : une salle ouverte sur un jar­din, avec, tout au fond, une cible. L’atmosphère est bien plus calme que ce que j’avais ima­gi­né. Je suis accueillie par le sen­sei (le maître, en japo­nais), Claude Luzet, accom­pa­gné des pra­ti­quantes Caroline et Mami, venues exprès pour moi cet après-​midi. Première chose : je dois saluer en m'inclinant à chaque fois que j'entre ou sors du dojo, sur ma droite, en direc­tion de la place des invité·es d’honneur. On s’y fait rapi­de­ment. Dans le sas, des arcs entre­po­sés, dont la hau­teur dépasse les 2 mètres.

Première étape : La démons­tra­tion de Kyudo

Avant de sai­sir l’arc, la plu­part du temps, plus grand que , j’assiste à une démons­tra­tion de Caroline et Mami et j’en prends plein les yeux. Elles sont dans leur tenue typique : le kyudo-​gi, un haut blanc, à manches courtes, le haka­ma, une jupe-​pantalon longue et le obi, une cein­ture épaisse.

244200620 1011303979692789 5275535216814250617 n
Mami et Caroline der­rière, lors de leur démons­tra­tion. ©D.K.

Dès leur arri­vée, elles dégagent une cer­taine séré­ni­té. Je suis entrée dans le dojo en sau­tillant der­rière le sen­sei, les deux kyu­do­kates glissent presque au sol, on n’entend presque rien, juste le bruit des vête­ment et du maté­riel. Elles effec­tuent tous leurs mou­ve­ments jusqu'au tir et c’est cap­ti­vant, j’oublie même de prendre des pho­tos. Pendant leur pas­sage, le sen­sei me raconte les fon­de­ments de ce sport. Il m’explique que le kyu­do signi­fie en japo­nais kyu (arc) et do (voie), lit­té­ra­le­ment, la voie de l’arc. À l’origine, le tir à l’arc est uti­li­sé dans le cadre guer­rier par les samu­rai, mais pas que : « dans les écoles qui ensei­gnaient les céré­mo­nies de la cour impé­riale et l'étiquette, on appre­nait aus­si le kyu­do, sur­tout dans sa dimen­sion rituelle, dans une recherche pour la per­fec­tion du geste. Notre pra­tique actuelle mélange le sport et cette quête spi­ri­tuelle. » La culture japo­naise y est omni­pré­sente à tra­vers les influences du taoïsme et du shin­toïsme dans le rituel de lan­cer.

Deuxième étape : En piste ! 

C’est enfin mon tour. Là, le sen­sei m’indique les mou­ve­ments de base. Le lâcher de flèche s’effectue en huit étapes. Lorsque Mami et Caroline pra­ti­quaient, tout parais­sait si simple et fluide. Compétitrice dans l’âme, je ne me laisse pas aller, j’y vais à fond. Le sen­sei m’a beau­coup par­lé de la dimen­sion « zen » du kyu­do. « Ce qui don­ne­ra un geste par­fait sera la beau­té du geste. Chez nous, le plus impor­tant ce n’est pas la cible mais l'exécution du mou­ve­ment. » Cela rend le kyu­do bien plus com­plexe que ce que j’avais ima­gi­né. Pour que le mou­ve­ment soit vali­dé, il faut que les huit étapes se voient. Sur ces huit étapes, trois d’entre-elles m’ont parues vrai­ment dif­fi­ciles : lever son arc à 45°, l’orienter vers la cible puis l'étirer au maxi­mum. Tout cela en gar­dant les épaules basses et ali­gnées, une galère. Heureusement que Caroline est der­rière moi pour réali­gner mes épaules toutes les 10 secondes. J’ai pro­ba­ble­ment sous-​estimé la dimen­sion spor­tive du kyu­do, mais à la fin de la séance, mes épaules et mon dos sont en miettes. Il faut dire que l'arc, immense, pèse son poids. Le len­de­main, mes muscles se sou­vien­dront de la dou­leur res­sen­tie pen­dant la 6e étape du tir, « kai » qui veut dire union, lorsque l’arc est tota­le­ment éti­ré et que mon corps entier s’est mis à trem­bler. En tant que débu­tante, je ne tire pas en direc­tion de la cible mais sur une botte de paille liée, qu’on appelle le maki­wa­ra, pla­cée à envi­ron deux mètres de moi. Je suis ras­su­rée, j’avais peur de ne jamais atteindre la réelle cible, qui est tout de même à 30 mètres.

Troisième étape : l’étiquette du Kyudo 

Le mou­ve­ment de tir assi­mi­lé, je m’attaque à l’étiquette, ce qui fait la spé­ci­fi­ci­té de ce sport. Pour cela, je suis avec Caroline, dan­seuse de métier, qui me montre tout, de l’entrée du dojo jusqu’à sa sor­tie. Pendant ce temps, elle me raconte sa décou­verte du kyu­do. « J’ai com­men­cé en 2018 mais très vite, le covid a ralen­ti ma pro­gres­sion. J’ai tout de suite beau­coup aimé parce qu’au-delà du sport, le kyu­do nous inculque des valeurs à appli­quer dans notre vie au quo­ti­dien. » Je com­prends son pro­pos, tous les mou­ve­ments sont codi­fiés, jusqu’à la res­pi­ra­tion. Tout est fait pour que l’on puisse gar­der son calme. Par exemple, lorsqu’on s’incline devant les invité·es d’honneur, on ins­pire en se bais­sant, on expire lorsqu'on est incliné·e et on ins­pire de nou­veau en se rele­vant. J’apprends aus­si à prendre soin de mon arc. J'ai com­mis la bévue de le tenir de façon un peu négli­gée et me fais reca­drer par mon sen­sei : il ne doit jamais tou­cher le sol ! Au kyu­do, le maté­riel du pra­ti­quant est propre à lui-​même. L’élément le plus per­son­nel c’est le gant, kage en japo­nais. Le long arc qui carac­té­rise cet art est aus­si impor­tant. Il peut aus­si coû­ter très cher, jusqu’à 1000 euros pour les arcs en bam­bou. Pour la séance j’ai un arc qui coûte envi­ron 400 euros. 

À la fin de la séance, je dis­cute avec Mami qui est natu­ro­pathe. Elle me raconte com­ment elle a décou­vert ce sport dans son pays d’origine, le Japon. « À l’origine, je le pra­ti­quais à l'université et là-​bas, il y a pas mal d’ambiance dans les com­pé­ti­tions. Une fois arri­vée en France, c’était bien plus calme, plus dans les règles de l’art. » Étonnant contraste, dans le pays d’origine, c’est le côté spor­tif qui prime et chez nous, c’est la spi­ri­tua­li­té. En France, un petit comi­té d’environ 800 adhé­rents, inté­gré à la Fédération de judo, invite les curieux·euses à décou­vrir toutes les nuances d’un sport qui est presque plus un art fina­le­ment. « Si votre but c’est juste de mettre des flèches dans une cible, je pense que le kyu­do n’est pas fait pour vous », explique Claude Luzet. Cette spé­ci­fi­ci­té explique aus­si la qua­si pari­té chez les adhérent·e·s, il y a envi­ron 40% de femmes pra­ti­quantes.

Je ter­mine ma séance par un exer­cice fil­mé. Je manque d’assurance mais je fais de mon mieux. Je lance des petits regards au sen­sei à chaque fois que j’oublie un mou­ve­ment mais je finis tout de même par satis­faire mon sen­sei d'un jour. « C’est pas trop mal pour une pre­mière fran­che­ment », lance-​t-​il à Caroline, qui acquiesce. Sur le che­min du retour, un sou­rire aux lèvres, je me remé­more les mots de Caroline : « Le kyu­do influe vrai­ment sur moi au quo­ti­dien, j’aborde les choses avec beau­coup de séré­ni­té depuis. » Une bonne rai­son de s’y mettre !" 

  1. héroïne de la saga the Hunger Games[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés