Le viol moins tabou que les violons ?

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote intervient depuis une vingtaine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France comme « animateur de prévention ». Il rencontre des dizaines de jeunes avec lesquel·les il échange sur la sexualité et les conduites addictives.

kimmoondog
© kim Moondog

Avec cette fameuse intimité dématé-​rialisée et nomade qu’ils baladent au fond de leurs poches, les ados ont « toute leur vie » dans leur carte SIM. Faut pas s’étonner alors que leur temps d’exposition aux écrans soit une réalité plus qu’augmentée. Mais le plus inquiétant, ce sont les bugs relationnels qui accompagnent cette activité intense. S’il convient de ne pas nier l’existence d’une véritable forme de socialisation numérique, bon nombre d’experts s’entendent pour reconnaître que l’empathie a sérieusement pris du plomb dans l’aile. Ce serait d’autant plus flagrant chez les générations à venir qui ont commencé leur existence digitale dès la poussette, le regard « matrixé » comme disent les jeunes, ne croisant que trop rarement celui de leurs parents. « Or l’empathie, cette capacité à[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Écrit par
Articles liés