• Rechercher
  • Mot de passe oublié ?
  • Mot de passe oublié ?

Féminicide : à Montpellier, un homme tue son épouse devant le tri­bu­nal où il·elle avaient rendez-​vous pour fina­li­ser leur pro­cé­dure de divorce

jean louis Zimmermann MONTPELLIERFR84 14936300671
© jean-louis Zimmermann / Wikimedia Commons

C’est sur le par­vis même du tri­bu­nal que l’homme semble avoir, selon les pre­miers élé­ments, atten­du sa vic­time avant de lui tirer des­sus puis de retour­ner l’arme contre lui.

Un crime de pos­ses­sion au moment où les der­niers liens admi­nis­tra­tifs entre un ex-​mari et sa vic­time allaient être rom­pus. Une femme de 66 ans et son ex-​mari de 72 ans sont mort·es par balles, ce 20 février, devant le tri­bu­nal judi­ciaire de Montpellier, a‑t-​on appris auprès des auto­ri­tés, qui ont aus­si­tôt écar­té la piste ter­ro­riste pour pri­vi­lé­gier celle d’un fémi­ni­cide sui­vi d’un suicide. 

Les forces de l’ordre sont inter­ve­nues en début d’après-midi “après des coups de feu devant le tri­bu­nal judi­ciaire de Montpellier”, a indi­qué sur X (ancien­ne­ment Twitter) la pré­fec­ture de l’Hérault. “Le bilan défi­ni­tif fait état de deux morts. L’événement est ter­mi­né” et la zone “sécu­ri­sée”, a ajou­té la pré­fec­ture, alors que le pré­fet, François-​Xavier Lauch, s’est ren­du sur les lieux.

Procédure de liqui­da­tion du patri­moine commun

Dans sa confé­rence de presse tenue à 16 h 30, le pro­cu­reur de la République de l’Hérault, Fabrice Bélargent, a indi­qué que les deux per­sonnes avaient rendez-​vous au tri­bu­nal à 14 heures pour une pro­cé­dure de liqui­da­tion de leur patri­moine, dans le cadre de leur divorce pro­non­cé en 2016. Selon le témoi­gnage d’une avo­cate qui a été témoin de la scène, Karine, inter­ro­gée par Midi libre, l’ex-épouse “était en train d’entrer dans le tri­bu­nal en s’approchant du sas de sécu­ri­té, lui était déjà assis à côté, sur un banc en béton”. “Je pense qu’il devait l’attendre, ajoute l’avocate. Dès qu’elle s’est avan­cée, il s’est appro­ché et il lui a tiré à bout por­tant dans la tête. Il y a eu de suite une énorme flaque de sang, le bruit, les cris.”

Fabrice Bélargent a éga­le­ment pré­ci­sé que le pré­su­mé assas­sin n’avait pas d’antécédent judi­ciaire et qu’aucune ordon­nance de pro­tec­tion n’avait été déployée pour l’éloigner de sa victime.

“Horrifié par le fémi­ni­cide qui a eu lieu devant le tri­bu­nal de Montpellier cet après-​midi”, a réagi sur X le ministre de la Justice, Éric Dupond-​Moretti. “Mes pen­sées vont à la vic­time et à ses proches. Tout mon sou­tien au per­son­nel du tri­bu­nal. La cel­lule de sou­tien psy­cho­lo­gique est déclen­chée.” Le maire de Montpellier, Michaël Delafosse, a lui par­lé dans un tweet d’un “acte atroce” et assu­ré son “sou­tien aux per­son­nels de jus­tice dure­ment éprou­vés”.

Selon le décompte du col­lec­tif Féminicides par com­pa­gnon ou ex-​compagnon, il s’agit du 22fémi­ni­cide de l’année en France.

Partager