Barbie : de pétasse à badass

À plus de 64 ans, Barbie n’a pas pris une ride et risque for­te­ment de cara­co­ler en tête du box-​office avec son film du même nom très atten­du cet été. Adulée et hon­nie, la pou­pée jouit, à l’heure du mou­ve­ment #MeToo et de la paren­ta­li­té fémi­niste, d’une éton­nante longévité.

S1M2CD 1

Taille de guêpe, jambes inter­mi­nables,
longue cri­nière blonde : la sexy doll a vu le jour en 1959.
Deux ans plus tard, Mattel lui a adjoint un com­pa­gnon, Ken :
blond (évi­dem­ment), yeux clairs et pecs de sur­feur cali­for­nien.
© Clynt Garnham /​Stockimo /​Alamy Stock Photo

Il et elle sont (tou­jours) jeunes, il et elle sont (encore) beau et belle : Ken et Barbie déboulent en fan­fare sur grand écran le 19 juillet, à la faveur d’un film en prises de vues réelles. La firme Mattel s’est atta­ché les ser­vices d’un ciné­ma d’auteur pre­mium avec la très fan­tasque cinéaste indé amé­ri­caine Greta Gerwig (Lady Bird, Les Filles du doc­teur March) aux manettes et, devant la camé­ra, tout ce que Hollywood compte de won­der­boys and girls. On pour­ra ain­si y voir les comédien·nes Margot Robbie et Ryan Gosling en col­lants lycra cou­leur néon, visière assor­tie et patins à rou­lettes s’ébrouer sous les sun­lights californiens.

Si, à l’heure où nous bou­clons, on tré­pigne de n’avoir encore pu vision­ner le film, on devrait y retrou­ver le même savant dosage d’ironie dis­tan­ciée et de mar­ke­ting décom­plexé que dans La Grande Aventure Lego (2014) : une recette qui satis­fait à la fois les parents en mal de troi­sième degré et les gamin·es assoifé·es de pixels fluo. Quant aux ventes de Mattel, en baisse fin 2022, elles devraient s’en trou­ver revi­go­rées. Tout comme la cré­di­bi­li­té fémi­niste de la marque, régu­liè­re­ment écor­née par les polé­miques et redo­rée par la même occa­sion. En effet, il sem­ble­rait que Gerwig ait opté pour la carte girl power : Issa Rae y joue une Barbie pré­si­dente, Emma Mackey est titu­laire d’un prix Nobel de phy­sique, Hari Nef est Barbie méde­cin, Ritu Arya, lau­réate du prix Pulitzer, et Ana Cruz Kayne, juge de la Cour suprême amé­ri­caine. Tout le monde y gagne ? Pendant ce temps, sur les podiums et les réseaux sociaux, le style rose bon­bon, dit « bar­bie­core », fait des émules. Bref, Barbie n’a pas dit[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.