Emmanuelle Richard : « l’abstinence, une liberté monumentale »

Dans son nouveau livre, Les Corps abstinents1, l’écrivaine Emmanuelle Richard discute « avec celles et ceux qui comme [elle] ne font plus l’amour ». Qui imaginerait là une collection de témoignages chastes et bien rangés n’y est pas. Elle montre que l’abstinence peut être une voie de résistance intime. Une manière de se réapproprier son corps et son cœur au-​delà des mornes normes hétéronormées.

109 femme célibat 2 © Karolina Wojtas
© Karolina Wojtas

Causette : D’où est partie votre démarche d’abstinence ?

Emmanuelle Richard : Les trois premières années, ça n’était pas du tout volontaire. Je venais de vivre une rupture destructrice qui m’a laissée inapte à un quelconque rapport. J’ai dû me « récupérer » en restant seule. Puis j’ai eu envie de revivre quelque chose. Mais mes quelques essais ont été médiocres, infructueux. J’ai été avec un homme qui ne me touchait pas. Avec lui, il n’y avait ni sexe ni tendresse. C’est là que je me suis dit qu’il fallait privilégier mes besoins. Et je suis passée à une abstinence sexuelle et sentimentale choisie pendant environ deux autres années. 

Qu’est-ce que cette période vous a apporté ?

E. R. : J’ai découvert un truc incroyable : le fait que j’étais autosuffisante ! Pendant longtemps,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
HS5 OMGYes 03

OMGYes, le site qui vous veut du bien

Voilà un an que la plateforme Web démystifie la masturbation féminine : dans des vidéos où leurs utilisatrices se mettent à nu, elle dévoile des techniques concrètes pour atteindre l’orgasme.

HS5 clito2

En Égypte, le coup du pinceau

Dans certaines cultures, comme ici en Égypte, c’est la seule sexualité possible à deux en dehors du mariage. Et une source de plaisir intense pour les femmes.

Capture d’écran 2020 02 12 à 10.40.57

Clitoris : oh, les mythos !

S’il y a un sujet qui charrie son lot de mythes, c’est bien la sexualité féminine. Mais que nous dit la mythologie, la vraie, sur le clitoris ?