Littérature : le Prix Hors Concours cou­ronne un Griot

Pour sa sep­tième édi­tion, Le Prix Hors Concours est attri­bué à l’écrivain tcha­dien Nétonon Noël Ndjekery, pour son roman épique Il n’y a pas d’arc en ciel au para­dis paru aux édi­tions Hélice Hélas.

arc en ciel au paradis COUVHD

Seul de son espèce, le Prix Hors Concours (dont Causette est fière d’être par­te­naire) porte vaillam­ment depuis 7 ans ses cou­leurs hau­te­ment ori­gi­nales, puisqu’il cou­ronne des romans issus d’éditions indé­pen­dantes. Denrée qui devient de plus en plus rare, l’édition indé­pen­dante, en ces temps par­ta­gés entre flam­bée des matières pre­mières et mon­tée des eaux Bolloréennes. 

Juste retour des choses, cette année, le Prix cou­ronne un auteur qui se réclame de l’art des griots, farou­che­ment indé­pen­dants eux-​aussi, qui content libre­ment, sans maitres ni contraintes de vrai­sem­blance, l’Histoire comme ils l’entendent. 

Nétonon Noël Ndjekery, Tchadien et Suisse, comme il aime à le pré­ci­ser, a pour­tant com­men­cé sa vie dans l’univers prag­ma­tique de la science et des mathé­ma­tiques. Etudes brillantes et car­rière toute tra­cée. C’était sans comp­ter la puis­sance de la tra­di­tion fami­liale et du pou­voir des conteur·rices, qui l’ont fina­le­ment rame­né à eux·elles. 

Nétonon Noël Ndjekery – qui a reçu en 2017 le Grand Prix lit­té­raire National du Tchad pour l’ensemble de son œuvre- nous offre ici un livre épique, poé­tique, où l’on retrouve en effet le souffle des griots qui sait asso­cier les légendes, les mythes et la nar­ra­tion de l’Histoire la plus fac­tuelle. Il n’y a pas d’arc en ciel au para­dis raconte sept géné­ra­tions de traite d’esclaves, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’en 2015. Il nous accroche dès les pre­mières pages hale­tantes, où l’on suit, au cœur de la forêt tcha­dienne, les aven­tures de Zeïtoun, un ado­les­cent cap­tu­ré pour être ven­du, qui par­vient à s’échapper. Il ren­contre alors deux fugitif·ves comme lui : Tomasta et Yasmina. Lui est eunuque, elle était la favo­rite d’un harem. Tous trois trouvent refuge sur une île extra­or­di­naire, qui dérive au milieu de « La Grande Eau », le lac Tchad. Et là, une socié­té nou­velle va être créée, véri­table terre d’accueil pour toutes celles et ceux qui sont menacé·es par les escla­va­gistes. Une belle uto­pie, qui comme toutes les utopies …

Le point de départ de ce roman, c’est un curieux sen­ti­ment de contra­dic­tion que l’auteur éprouve dès l’enfance. A la mai­son, on lui parle des ravages de la traite Transsaharienne, qu’on nomme aus­si Arabo-​musulmane, alors qu’à l’école les cours d’histoire portent sur le com­merce tri­an­gu­laire. L’écrivain va creu­ser la ques­tion et retra­cer l’histoire de cette traite dont on parle si peu. Pourtant, même si cer­taine pas­sage sont ter­ribles, sa langue fleu­rie, sa viva­ci­té, son humour savou­reux, font de ce récit un roman hau­te­ment addic­tif. Même si, le constat est ter­ri­fiant, l’esclavage est loin d’être éra­di­qué. En rece­vant son prix, Nétonon Noël Ndjékéry rap­pe­lait qu’en 2017, CNN avait réus­si à fil­mer une vente aux enchères clan­des­tine d’esclaves, en Libye. Il en concluait, faus­se­ment déta­ché : « On n’est pas sor­ti de l’auberge. »

Il n’y a pas d’arc en ciel au para­dis, de Nétonon Noël Ndjekery. Éditions Hélice Hélas. 376 pages, 20 euros 

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.