Capture d’écran 2023 06 28 à 12.47.36

Avortement : où en est-on ?

Deux universitaires, Marie Mathieu et Laurine Thizy, font le point sur la recherche en sciences sociales autour de l’avortement et de son actualité dans un essai éclairant, Sociologie de l’avortement (La Découverte).

Causette : Vous parlez de « travail abortif », en quoi consiste-t-il ?
Marie Mathieu :
Il y a d’abord le « travail procréatif », un ensemble de tâches liées à la procréation et à la non-procréation (comme les consultations gynécologiques). Parmi ces séquences, il y a l’avortement, qui concerne à la fois le travail des femmes et des professionnel·les de soin. À côté de la méthode par aspiration, la méthode médicamenteuse délègue une partie du travail abortif aux femmes. Cette redistribution du travail donne à voir des tâches relativement invisibilisées et permet de mettre l’accent sur le fait que c’est du temps, de l’énergie et de la charge mentale.

Pourquoi l’avortement continue-t-il d’être stigmatisé aujourd’hui?
Laurine Thizy :
La stigmatisation n’est pas liée à l’avortement en lui-même, mais à l’état actuel des rapports de genre, c’est-à-dire à la position de pouvoir de la classe des hommes. En France, il est à peu près toléré d’avorter, mais le problème est la publicisation de cet acte. Le dire trop fort, c’est remettre en cause la norme de genre, signaler aux hommes qu’ils sont fertiles 100 % du temps et responsables, et que le destin féminin ne se pense pas nécessairement par rapport à la maternité.

Quelles sont les inégalités abortives qui persistent ?
M.M. :
Il existe toujours des inégalités par rapport à l’information sur l’avortement. Mais aussi des inégalités d’accès, avec des disparités territoriales et des trajets plus ou moins longs. Et des disparités sur le choix de la méthode, car l’offre de service est inégale sur l’ensemble du territoire.

Il y a le projet d’inscrire l’IVG dans la Constitution, mais aussi des attaques contre des Plannings familiaux...
M.M. : Il y a eu le signal fort envoyé par la remise en question de Roe v. Wade aux États-Unis ou, chez nous, la pénurie de misoprostol [un composant de la pilule abortive]. Quant à l’inscription dans la Constitution, elle n’est toujours pas actée, et le texte rediscuté au Sénat a été dénaturé.
L.T. : Ce que l’on voit, c’est que c’est un sujet qu’on ne pourra jamais tenir pour acquis, quand bien même, en France, il est relativement accessible et défendu par les pouvoirs publics. C’est un acte qui continue toujours à poser question.

Lire aussi I "Vous devrez res­ter vigi­lantes" : pano­ra­ma sur les luttes pour pro­té­ger les droits sexuels et reproductifs

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accompagner les combats qui vous animent, en faisant un don pour que nous continuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.