fbpx

Nuits magné­tiques

Les pho­tos de Maria Lax res­semblent à un film de David Lynch. Un film un peu étrange, avec de rares per­son­nages, un minus­cule vil­lage fin­lan­dais et une nature sau­vage. Un film où il ne fait jamais jour et où les extra­ter­restres peuvent débar­quer à tout moment. La traque des ovnis, c’est jus­te­ment le fil conduc­teur du tra­vail de cette pho­to­graphe fin­lan­daise ins­tal­lée à Londres. En décou­vrant, par hasard, un livre rédi­gé par son grand-​père, Soini, en 1972, dans lequel il raconte que dans les années 1960 l’endroit était un lieu culte pour les tra­queurs de sou­coupes volantes, elle décide de reprendre l’enquête à sa façon. Fascinée par cette his­toire dont elle igno­rait tout, Maria Lax est donc retour­née sur ses terres natales pour inter­ro­ger les témoins de l’époque et faire par­ler celles et ceux qui assurent avoir vu de drôles de lumières dans le ciel. Une enquête aux allures de conte fan­tas­tique avec des images que l’artiste défi­nit elle-​même comme « très nos­tal­giques et un peu tristes, mais aus­si, je l’espère, agréables et ras­su­rantes ». On confirme. 

Some Kind of Heavenly Fire, de Maria Lax. Setanta Books, 46 euros.

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés