Capture decran 2023 12 27 a 12.53.48
Kore-Eda / Le Pacte

“5 Hectares”, “L’Innocence”… : les sor­ties de la semaine

Un road-​movie mali­cieux en trac­teur, un thril­ler à hau­teur d’enfant, un cycle Bernadette Lafont à cro­quer : voi­ci les sor­ties ciné du 27 décembre.

5 Hectares

Nul besoin d’être cruel pour viser juste ni de mul­ti­plier gags et rebon­dis­se­ments pour être drôle. La preuve avec 5 Hectares, la nou­velle comé­die très réus­sie d’émilie Deleuze. Adoptant (en grande par­tie) la forme d’un road-​movie déca­lé, ce récit sau­gre­nu nous balade aux confins de l’absurde, de la poé­sie et de l’actualité avec un rare talent. Jubilatoire ! 

L’argument de départ est savou­reux : Franck, homme et cita­din accom­pli (il occupe un poste pres­ti­gieux de cher­cheur scien­ti­fique dans un labo à Bordeaux), remet en jeu d’un coup d’un seul sa car­rière et son couple le jour où il achète une mai­son de cam­pagne et devient pro­prié­taire de 5 hec­tares. Poussé par cette pas­sion sou­daine, inex­pli­quée, déme­su­rée, pour ce lopin de terre limou­sine, et bien déci­dé à acqué­rir une forme de légi­ti­mi­té (!) auprès de ses voisin·es paysan·nes, ce “néo-​rural” sou­haite très vite ache­ter un trac­teur, qu’il va cher­cher dans un dépar­te­ment voi­sin. C’est alors que l’histoire démarre véri­ta­ble­ment, puisque ce sexa­gé­naire intré­pide (ou enfan­tin…) rentre chez lui en tra­ver­sant toute la région sur sa drôle de machine. Un voyage à 20 km/​h qui va s’avérer on ne peut plus… initiatique.

Bien sûr, cette épo­pée au ralen­ti fait un peu pen­ser à celle d’Une his­toire vraie, de David Lynch. Mais son registre est plus mali­cieux que cela, et plus varié puisque 5 hec­tares lance éga­le­ment des clins d’œil au wes­tern, avec ses pay­sages en plans larges, sublimes de cou­leurs. On pense à Don Quichotte, fable exis­ten­tielle tout autant que satire sociale. Reste que si ce film nous parle bel et bien, en creux, de la mas­cu­li­ni­té dans tous ses excès, de l’arrogance cita­dine ou du désar­roi du monde pay­san, il évite soi­gneu­se­ment de jouer au don­neur de leçons. S’appuyant sur des pro­ta­go­nistes déli­cieu­se­ment entêté·es et sur un cas­ting magique (Lambert Wilson, Marina Hands et Laurent Poitrenaux sont géniaux de rythme et de légè­re­té), il cherche d’abord à nous diver­tir, avant de nous faire réflé­chir sur la douce folie des hommes.

Capture decran 2023 12 15 a 3.19.32 PM

5 Hectares, d’émilie Deleuze.
© Paname Distribution

L’Innocence

Ça n’est pas le chef‑d’œuvre atten­du, mais ça n’est pas non plus un ratage com­plet. Disons qu’avec sa forme puzzle, L’Innocence nous égare un peu inuti­le­ment avant de nous cueillir tout à fait. Il est vrai que son auteur, le cinéaste japo­nais Hirokazu Kore-​eda, nous a déjà beau­coup gâté·es en termes de grands films, de Nobody Knows (2004) à Une affaire de famille (Palme d’or en 2018). Trop peut-être.

Le fait est qu’on s’étonne que ce nou­vel opus ait reçu cette année le Prix du scé­na­rio à Cannes… Car sa nar­ra­tion écla­tée, qui déroule son sus­pense à la façon d’un thril­ler sophis­ti­qué, semble plus arti­fi­cielle que judi­cieuse pour son­der le mys­té­rieux pays de l’enfance, thème favo­ri du réa­li­sa­teur. Précisément, L’Innocence s’est choi­si pour per­son­nage prin­ci­pal Minato, un gar­çon de10 ans au com­por­te­ment de plus en plus pré­oc­cu­pant, voire violent. On suit d’abord sa mère, qui l’élève seule, s’inquiète et décide de confron­ter l’équipe péda­go­gique de son école, subo­do­rant un pro­blème de har­cè­le­ment, puis le pro­fes­seur dési­gné comme res­pon­sable de ses pro­blèmes, avant que la véri­té, plus com­plexe et nuan­cée, ne soit révé­lée lors d’une troi­sième et der­nière par­tie qui adopte, cette fois, le point de vue de Minato.

Et c’est là, jus­te­ment, qu’on regrette le choix de cet écha­fau­dage scé­na­ris­tique ! Ce der­nier frag­ment, qui raconte les vraies rai­sons du trouble de Minato, à savoir un amour inquiet et pla­to­nique pour l’un de ses cama­rades de classe, s’avère en effet d’une fraî­cheur et d’une lumi­no­si­té confon­dantes. Aussi bien dans sa forme que dans son conte­nu d’ailleurs, l’une et l’autre se rejoi­gnant pour dénon­cer à hau­teur d’enfant, et c’est ça qui est déchi­rant, les ravages et les men­songes d’un monde homo­phobe (du côté des adultes comme dans la cour de récré…).

Affiche Linnocence

L’Innocence, de Hirokazu Kore-​eda.
© Le Pacte

Cycle Bernadette Lafont

Cinq films parce qu’elle le vaut bien ! Profitez de la trêve des confi­seurs pour vous offrir la plus belle des gour­man­dises ciné­philes : revoir Bernadette Lafont sur grand écran, via la pro­jec­tion en ver­sion res­tau­rée de plu­sieurs de ses films (période 1960–1976, l’une des plus créa­tives de cette grande dame du ciné­ma). À com­men­cer par La Fiancée du pirate, de la très fémi­niste Nelly Kaplan (1969), dont l’entrain liber­taire lui allait comme un gant !

Comme Arletty pour la géné­ra­tion pré­cé­dente, et comme Béatrice Dalle pour la géné­ra­tion sui­vante, Bernardette Lafont fait par­tie de ses (rares) actrices qui ont cas­sé un moule et bien des codes mine de rien, sans jamais fri­mer ni faire la leçon à qui­conque (elle est décé­dée en 2013 à l’âge de 74 ans). Une nature, dit-​on, et bien plus que cela : une femme libre, forte, indomp­table et bien­veillante tout à la fois. Révélée en brune brû­lante de la Nouvelle vague, puis confir­mée en égé­rie futée du 7ème art défri­cheur de l’après-68, elle sut aus­si bague­nau­der du côté du ciné­ma popu­laire. Sans fron­tières. On se réjouit donc, en cette fin d’année, de retrou­ver sa voix gouailleuse, sa démarche cha­lou­pée et sa si belle mélan­co­lie dans Les Bonnes Femmes, de Claude Chabrol (1960) ; L’Amour c’est gai, l’amour c’est triste, du déli­cat Jean-​Daniel Pollet (1971) ; Les Stances à Sophie, de Moshé Mizrahi (1971) ou La Ville bidon, de Jacques Baratier (1976, une rareté).

Capture decran 2023 12 18 a 2.41.24 PM

La Fiancée du pirate, Les Bonnes Femmes, L’Amour c’est gai, l’amour c’est triste, Les Stances à Sophie, La Ville bidon : 5 films avec Bernadette Lafont à redé­cou­vrir sur grand écran.
© Tamasa Distribution

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.