40623546695 608abe2180 b
Emmanuel Macron © Pietro NAJ-OLEARI / Flickr

Émeutes : retour sur une semaine de sor­ties poli­tiques lunaires

ÉDITO. La mort de Nahel, la semaine der­nière, lors d'un contrôle de police, a pro­vo­qué pen­dant plu­sieurs jours un fort sou­lè­ve­ment d'une par­tie de la jeu­nesse, à tra­vers toute la France. Si cer­tains débor­de­ments sont regret­tables, le ras-​le-​bol com­pré­hen­sible d'une popu­la­tion tou­jours stig­ma­ti­sée, qui revoit les mêmes drames se dérou­ler encore et encore sous ses yeux depuis la mort de Zyed et Bouna en 2015, ne semble pas avoir été enten­du. La classe poli­tique fait la sourde oreille et s'est illus­trée cette semaine par ses réponses tota­le­ment WTF… Florilège non-​exhaustif de ter­ribles inepties.

Le 30 juin, trois jours après la mort de Nahel, Emmanuel Macron par­ti­cipe à une cel­lule inter­mi­nis­té­rielle de crise en rai­son des émeutes qui touchent la France. Le pré­sident estime alors que « les pla­te­formes et les réseaux sociaux jouent un rôle consi­dé­rable dans les mou­ve­ments des der­niers jours ». « Nous avons vu sur plu­sieurs d'entre elles, Snapchat, Tiktok, et d'autres, à la fois l'organisation de ras­sem­ble­ments se faire mais une sorte de mimé­tisme de la vio­lence, poursuit-​il. Ce qui chez les plus jeunes conduit à une forme de sor­tie du réel. Et on a le sen­ti­ment par­fois que cer­tains d'entre eux vivent dans la rue les jeux vidéos qui les[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.