fbpx
Capture d’écran 2021 08 27 à 10.37.38
Photo publiée le 21 août sur le compte Twitter officiel du Corps des Marines des États-Unis, prise à l’aéroport de Kaboul. @USMC

Kaboul 2021 /​Saigon 1975 : l’enjeu der­rière les images d'évacuations d'enfants

Causette est asso­ciée au site The Conversation, qui regroupe des articles de chercheur·euses de dif­fé­rentes uni­ver­si­tés et per­met à des médias de repu­blier les textes. Aujourd'hui, Yves Denéchère, pro­fes­seur d'histoire contem­po­raine à l'université d'Angers, revient sur les images sai­sis­santes prises à Kaboul ces der­niers jours, et toutes les ques­tions éthiques qu'elles sou­lèvent.

Yves Denéchère, Université d'Angers

Le retour en force des tali­bans depuis plu­sieurs mois et leur prise du pou­voir récente à Kaboul contraignent les puis­sances occi­den­tales à éva­cuer d’Afghanistan leurs res­sor­tis­sants, ain­si que les hommes et les femmes qui les ont accom­pa­gnés depuis 20 ans.

L’opération amé­ri­caine en cours est mar­quée par un manque d’anticipation cer­tain et rap­pelle l’évacuation en catas­trophe de Saigon à la toute fin de la guerre du Vietnam en 1975. Des scènes issues des deux évé­ne­ments ont été mises en paral­lèle : héli­co­ptères s’extirpant du chaos, désordre géné­ra­li­sé, gens en panique. Des images d’enfants afghans confiés par des adultes à des mili­taires amé­ri­cains ren­voient au Babylift qui, en avril 1975, éva­cua du Vietnam plus de 2 000 enfants.

Un regard rétros­pec­tif sur cette opé­ra­tion et ses moda­li­tés peut contri­buer à mieux cer­ner les enjeux de l’enfance dans ce type de crise et les risques qui pèsent sur les enfants de Kaboul aujourd’hui.

Comparaison n’est pas rai­son, mais quand même…

Les médias insistent sur l’inévi­table com­pa­rai­son entre ce qui se passe à Kaboul actuel­le­ment et le départ des der­niers Américains du Vietnam en 1975. Certes, des images choi­sies se res­semblent ; certes ce sont de mau­vaises passes pour les États-​Unis qui, dans un cas comme dans l’autre, aban­donnent une par­tie qu’ils ont été dans l’impossibilité de gagner mili­tai­re­ment ou poli­ti­que­ment ; mais les contextes, les lieux, la géo­po­li­tique sont bien dif­fé­rents.

En outre, l’environnement média­tique n’est plus le même, et Joe Biden n’est pas Gerald Ford, pré­sident pen­dant deux ans et demi sans jamais avoir été élu à cette fonc­tion, ni même à celle de vice-​président. L’historien ne peut donc que se méfier des rap­pro­che­ments hâtifs.

Néanmoins, il est vrai que les deux épi­sodes inter­rogent des élé­ments essen­tiels de la rela­tion des États-​Unis au monde : leur (im)puissance rela­tive, leur posi­tion­ne­ment vis-​à-​vis de pays dans les­quels ils ont com­bat­tu pen­dant 20 ans, leur res­pon­sa­bi­li­té envers les popu­la­tions autoch­tones, leur (in)capacité à sor­tir la tête haute de ce qui est appa­raît comme des échecs.

Dans les deux cas, la ques­tion de la mise à l’abri des per­sonnes qui ont tra­vaillé pour les Américains est lourde de consé­quences pour l’image de ceux-​ci et pour la vie de celles-​là et de leurs familles. À chaque fin de conflit (mon­dial, bila­té­ral, civil, colo­nial…) l’enfance consti­tue un enjeu cru­cial, car c’est sou­vent en son nom que l’on s’est bat­tu : pour assu­rer la paix aux géné­ra­tions futures, leur liber­té, leur ave­nir. Agir pour l’enfance, sau­ver les enfants, hier des griffes du régime com­mu­niste viet­na­mien, aujourd’hui de l’Émirat isla­mique des tali­bans, appa­raît comme la der­nière action pos­sible, dotée d’une forte dimen­sion cathar­tique.

Opération Babylift : la der­nière bataille de la guerre du Vietnam

Conscient de l’enjeu repré­sen­té par l’enfance, Gerald Ford prit la déci­sion de lan­cer l’Opération Babylift (4−26 avril 1975) dont l’objectif était de faire sor­tir le plus grand nombre pos­sible d’enfants du Vietnam.

Pour les Américains, dans le contexte de la guerre froide et avec un arrière-​plan idéo­lo­gique très pré­gnant, il ne pou­vait être ques­tion de lais­ser aux mains des vain­queurs com­mu­nistes les enfants métis nés de pères sol­dats amé­ri­cains et de mères viet­na­miennes. Les enfants viet­na­miens en cours d’adoption par des Occidentaux et plus glo­ba­le­ment les orphe­lins de guerre étaient éga­le­ment concer­nés par cette éva­cua­tion, qui prit la forme d’une opé­ra­tion militaro-​humanitaire, une des pre­mières du genre. Cette éva­cua­tion a été mar­quée par le tra­gique acci­dent du pre­mier avion décol­lant de Saigon dans lequel périrent envi­ron 150 enfants, mais se pour­sui­vit mal­gré tout. Au total, plus de 2 000 enfants arri­vèrent aux États-​Unis et 200 en France via l’Amérique.

En pleine déban­dade amé­ri­caine et mal­gré l’accident tra­gique, l’opération Babylift a per­mis de don­ner une image posi­tive des mili­taires, des pilotes, de l’armée amé­ri­caine en géné­ral.

file 20210826 27 1nu3pkj.png?ixlib=rb 1.1
Un mili­taire amé­ri­cain nour­rit un bébé au bibe­ron sur la base aérienne de Clark (Philippines) pen­dant l’opération Babylift, en avril 1975.

Cette pho­to a été très uti­li­sée à l’époque, don­nant une image d’humanité, de com­pas­sion, d’attention à l’autre bien éloi­gnée des com­por­te­ments dénon­cés par la presse et les mou­ve­ments anti-​Vietnam. Mais pouvait-​elle faire oublier la pho­to de la petite Kim Phuc cou­rant nue sur une route après le bom­bar­de­ment au napalm de son vil­lage en 1972 ?

Babylift a été menée dans une grande confu­sion, le tra­çage des enfants étant impos­sible dans la panique géné­rale. Pour Le Monde (23÷05÷1975), « le sort de cen­taines d’enfants s’est trou­vé fixé en quelques heures par des bonnes volon­tés par­fois plus sou­cieuses des mau­vaises consciences occi­den­tales que du sort des enfants orphe­lins ».

Parmi les enfants, com­bien d’entre eux avaient encore leurs parents, de la famille ? Plusieurs mois après, cer­tains enfants déclarent ne pas être orphe­lins et vou­loir ren­trer dans leurs familles. Une petite Vietnamienne de douze ans confie un an après son arri­vée qu’elle n’est pas orphe­line mais la fille d’un res­pon­sable de la police de Saigon qui l’a fait par­tir pour la sau­ver, en lui inter­di­sant de révé­ler la véri­té.

Risques et enjeux autour enfants afghans

La situa­tion des enfants à Kaboul aujourd’hui fait écho à celle de 1975. Plusieurs images d’enfants extir­pés de la foule par des mili­taires amé­ri­cains gar­dant l’aéroport de Kaboul ont cir­cu­lé sur les réseaux sociaux, accom­pa­gnées de com­men­taires sur le « sau­ve­tage » de ces enfants. Vecteur média­tique fort, l’enfant est un emblème, un sym­bole, une cause qui pro­voque émo­tion, com­pas­sion, réac­tion face à l’injustice de la situa­tion. Mais il faut aus­si ana­ly­ser ces images avec cir­cons­pec­tion pour évi­ter tout risque d’instrumentalisation et réflé­chir en pro­fon­deur à la situa­tion des enfants afghans.

Par exemple, la vidéo dont est extraite cette pho­to a don­né lieu à toutes sortes d’interprétations : la détresse et le sacri­fice des Afghans qui aban­donnent leurs enfants aux Américains ; la pire manière que les Américains ont de quit­ter le pays en s’emparant d’enfants mais en refu­sant que les parents les suivent ; ou, au contraire, le geste d’humanité face à la néces­si­té de sau­ver les enfants à tout prix du sort qui les attend sous les tali­bans. Les réac­tions étaient déjà les mêmes face à l’opération Babylift : cer­tains y voyaient une ultime mani­fes­ta­tion de l’impérialisme amé­ri­cain au mépris des vies humaines concer­nées quand d’autres cri­ti­quaient au contraire l’insuffisance de l’opération.

Deux jours plus tard (le 21 août), l’armée amé­ri­caine a pré­ci­sé que les mili­taires n’avaient pas pris en charge ce bébé pour l’envoyer aux États-​Unis, mais pour le soi­gner car il était malade, avant de le rendre à sa famille. Comme sou­vent, cette mise au point offi­cielle n’a pas été reprise avec le même engoue­ment sur les réseaux sociaux. Pour allu­mer un contre-​feu média­tique, les auto­ri­tés amé­ri­caines ont publié d’autres pho­tos – qui rap­pellent vrai­ment celle du Babylift pré­sen­tée plus haut – de sol­dats s’occupant de bébés en atten­dant que leurs parents satis­fassent aux for­ma­li­tés de départ sur l’aéroport.

De son côté, le Foreign Office a dû rap­pe­ler que les mili­taires bri­tan­niques ne peuvent pas prendre en charge des enfants non accom­pa­gnés. En effet, depuis 1975, l’intérêt et les droits des enfants ont été ins­crits dans de grands textes inter­na­tio­naux, notam­ment la Convention inter­na­tio­nale des droits de l’enfant de 1989 et la Convention de La Haye sur l’adoption inter­na­tio­nale en 1993. Il y est sti­pu­lé que la place des enfants est avec leurs parents, à défaut avec leur famille puis avec leur com­mu­nau­té, dans leur pays de nais­sance. Il n’en demeure pas moins que, selon l’UNICEF et l’Unesco, la situa­tion des enfants en Afghanistan (vic­times des com­bats, enfants-​soldats, orphe­lins, mal­nu­tri­tion, régres­sion de l’éducation des filles) néces­site des actions huma­ni­taires d’ampleur. Ce qui laisse entières les ques­tions si ardues et com­plexes du quoi faire et du com­ment.

Yves Denéchère, Professeur d'histoire contem­po­raine, Université d'Angers

Cet article est repu­blié à par­tir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article ori­gi­nal.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés