fbpx
capture d ecran renaud
Capture d'écran Youtube

« Corona song » de Renaud : faut-​il sépa­rer l’artiste de l’artiste ?

On écrit ces quelques lignes la larme à l’œil. Avec Corona Song, dévoi­lé mer­cre­di 8 juillet, Renaud, pilier de nos années ado­les­centes, vient de som­brer dans le néant artis­tique.

Pour l’autoproclamé « chan­teur éner­vant », le confi­ne­ment, c’était pas l’éclate. Obligé de se far­cir « sans cesse Arlette Chabot ou la pauvre Roselyne Bachelot », de res­ter pri­vé de bis­trots « fer­més par ces salauds » qui l’empêchent « de boire sa flotte pei­nard », Renaud en est ren­du à suivre les conseils de « Monsieur Douste-​Blazy qui dit pas que des conne­ries. » Bref, on sent qu’il en a gros sur la patate. 

Alors tout le monde en prend pour son grade : le gou­ver­ne­ment, les chaînes d’info, les ama­teurs de McDo, avec en pre­mière ligne ce « connard de virus » à qui il demande « de retour­ner dans ce pays où on bouffe du chien, des chauves-​souris, du pan­go­lin. » Un par­ti pris artis­tique au racisme décom­plexé, de l’inédit dans le réper­toire du copain à Manu. Au final, seul le par­rain de la chlo­ro­quine en France, l’inénarrable pro­fes­seur Raoult, semble trou­ver grâce à ses yeux. Une fibre com­plo­tiste qu’on aurait dû voir venir chez le contemp­teur des Bobos, enne­mis jurés du viro­logue mar­seillais.

Corona Song s’accompagne d’un clip à la hau­teur de nos espé­rances. Camouflé der­rière un masque-​bandana rouge (qu’il porte sous le nez, tou­jours lou­bard Mister Renard), tout de cuir vêtu, Renaud appa­raît devant une cara­vane, auprès de trois musi­ciens qu’il semble avoir rameu­tés du cam­ping d’à‑côté. On doute que Corona Song devienne le tube de l’été, en tout cas nous, on espère l’avoir oublié bien­tôt.

Par ici les quatre minutes de plai­sir audi­tif :
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .