amazen 720
© Capture d'écran Amazon

Amazon, cette entre­prise qui (ne) vous veut (pas) du bien

La der­nière fois que nous avions eu des nou­velles d’Amazon, c’était en avril au sujet du rejet par vote de ses salarié·es de l’entrepôt de Bessemer dans l’Alabama de la créa­tion d’un syn­di­cat, après une cam­pagne patro­nale cara­bi­née pour s’y oppo­ser. Cette fois, dans une vidéo dif­fu­sée le 27 mai sur son compte Twitter, Amazon nous pré­sen­tait sa der­nière trou­vaille pour réduire le stress de ses employé·es. Noyez vos espoirs : il ne s’agit pas de lâcher du lest sur les cadences, de faire bais­ser les pres­sions exer­cées par les mana­gers ou même d’augmenter les salaires. Non, avec l’AmaZen, l’entreprise pré­fère se posi­tion­ner sur les consé­quences de ses désas­treuses condi­tions de tra­vail, en pro­met­tant de soi­gner (?!) la san­té men­tale échau­dée de ses employé·es.

« Grand » comme une cabine télé­pho­nique, ce box indi­vi­duel per­met de « rechar­ger la bat­te­rie interne » des employé·es pen­dant leurs pauses. Un pro­jet ambi­tieux, l’AmaZen étant ins­tal­lée en plein cœur du tita­nesque et assour­dis­sant entre­pôt, entre les colis et les trans­pa­lettes. « Recharger sa bat­te­rie interne » en lan­gage Amazon, c’est être assis sur une chaise et vision­ner de courtes vidéos de médi­ta­tion ou des scènes calmes avec des sons apai­sants sur un ordi­na­teur pen­dant qu’un petit ven­ti­la­teur envoie de l’air. Quelques plantes en pot (sans doute fausses) ain­si qu’un (faux) ciel bleu et des (faux) petits nuages enjo­livent le tout. L’AmaZen n’est donc ni plus ni moins qu’une jolie Panic Room l’on peut fina­le­ment s’enfermer pour pleu­rer un bon coup entre deux expor­ta­tions.

Un concept bien déri­soire lorsqu’on sait que les condi­tions de tra­vail chez Amazon font régu­liè­re­ment scan­dale depuis des années. La der­nière en date, l’affaire des bou­teilles d’urine en mars 2021, dans laquelle des livreur·euses révé­laient être obligé·es de se sou­la­ger dans des conte­nants en plas­tique, n’ayant pas le temps de se rendre aux toi­lettes en rai­son de la cadence de livrai­son tou­jours plus déli­rante.

La vidéo de pré­sen­ta­tion de l’AmaZen ayant été sup­pri­mée du compte Twitter depuis le 27 mai, on ne sait pas si cette mer­veille ver­ra fina­le­ment le jour. Qu’Amazon se ras­sure, si c’est raté pour le bien-​être, l'AmaZen pour­ra tou­jours être recy­clée pour la pro­chaine sai­son de la série dys­to­pique Black Mirror. Un épi­logue fina­le­ment logique pour le Gafa qui vient de se payer le mythique stu­dio hol­ly­woo­dien, Metro Goldwyn Mayer (MGM), le 26 mai der­nier.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .