Effet Matilda : aux grandes femmes, la patrie peu reconnaissante

On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu. Et qu’aux hommes quand il s’agit du succès. Pour preuve : elles sont légion, ces femmes qui inventent, créent… et restent inconnues au bataillon quand leur mari, frère ou ami se voit décerner les lauriers à leur place. C’est ça, l’effet Matilda, une vaste escroquerie, vieille comme le patriarcat.

HS10 lise meitner © Alamy
Lise Meitner et Otto Hahn, ici en 1913, travaillaient sur la fission nucléaire,
mais seul ce dernier a reçu le Nobel de chimie, en 1944.
© Pictorial press/​Alamy

Un sociologue, Robert King Merton, avait, dans les années 1960, étudié comment certains personnages étaient effacés des tablettes de l’Histoire et remplacés par d’autres. Il avait appelé cela l’« effet Matthieu » (en référence à un passage de l’Évangile selon saint Matthieu : « Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. » Évangile que Matthieu n’a d’ailleurs pas écrit.

Dans les années 1980, une historienne des sciences, Margaret W. Rossiter, reprend le concept et l’applique à l’élimination ou la[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
carola rackete

Carola Rackete, cap’taine climat

La jeune capitaine allemande du Sea-Watch 3 qui débarqua une quarantaine de migrant·es secouru·es en mer en juin 2019, publie « Il est temps d’agir ». Elle y prône la désobéissance civile, convaincue que voter ne suffit plus pour faire changer les...