fbpx
DSC 0985
Valentine Fortin, de la Cofidis Women Team, sur la Classique Morbihan, le 13 mai. © Mathilde L’azou

Cyclisme : com­ment le Tour de France Femmes compte s'imposer comme grande com­pé­ti­tion sportive

Un peu plus de média­ti­sa­tion, un peu moins de sexisme : len­te­ment, le cyclisme fémi­nin pro­gresse. Le milieu pro­fes­sion­nel reste très mas­cu­lin, mais le Tour de France Femmes pour­rait lever quelques freins.

Le 24 juillet, des cyclistes ont rou­lé sur les Champs-​Élysées. Des hommes, évi­dem­ment, qui ont ain­si conclu la 109e édi­tion de leur Tour de France. Mais aus­si, cette année, des femmes, qui ont pris le départ du leur. Vingt-​quatre équipes prêtes à écra­ser les pédales, pour ava­ler un peu plus de 1 000 kilo­mètres en une semaine. Après huit étapes, leur course s’achèvera le 31 juillet dans les Vosges, sur les hau­teurs de La Planche des Belles Filles (Haute-​Saône).

Une sta­tion de sports d’hiver au nom fort à pro­pos pour cette Grande Boucle fémi­nine qui fait son retour. « On a envie d’être encore là dans cent ans, clame l’ancienne cycliste pro­fes­sion­nelle Marion Rousse, qui a été choi­sie pour diri­ger l’événement. Le vélo fémi­nin ne manque pas de courses, mais le Tour de France a une aura que les autres n’ont pas. Les femmes seront retrans­mises dans 190 pays, avec 2 h 30 de direct par jour, et[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés